Seuls 35% des Français sont favorables à la TVA sociale

Dimanche dernier, lors de son intervention télévisée, Nicolas Sarkozy a annoncé la mise en place de la TVA sociale, après de longs mois de tergiversation. A trois mois de l’élection présidentielle, le pari est risqué, l’annonce de cette mesure étant réputée avoir faire perdre un nombre conséquent de sièges à la droite aux élections législatives de 2007.

Comment les Français réagissent-ils à l’annonce de cette mesure ?

Un refus majoritaire de la TVA sociale

Seuls 35% des Français se déclarent favorables à la TVA sociale annoncée par Nicolas Sarkozy dimanche dernier, c’est à-dire le passage d’un taux normal de TVA de 19,6% à 21,2% au 1er octobre 2012, pour compenser la suppression des cotisations patronales destinées à la branche famille sur les salaires allant de 1,6 SMIC à 2,2 SMIC. 63% des Français s’opposent à cette mesure, dont 33% « tout à fait ». Le rejet est donc particulièrement fort et s’affirme encore plus largement parmi les catégories modestes (73% des employés et 80% des ouvriers). Il se révèle moins intense chez les cadres (57%), les retraités (54%) et naturellement auprès des chefs d’entreprise et des artisans (57%). Néanmoins,  même parmi ces catégories de population, le refus de la mesure se révèle nettement majoritaire, démontrant à quel point la TVA sociale suscite la réticence des Français.

L’annonce de Nicolas Sarkozy divise en fonction des préférences partisanes. Le président de la République recueille le soutien des sympathisants de l’UMP, qui approuvent à 73% sa mesure (24% s’y opposant). A gauche, le rejet est quasi-unanime puisque seuls 14% des sympathisants se déclarent favorables à la mesure annoncée par Nicolas Sarkozy. Le refus concerne également plus des deux tiers des sympathisants du Front national (69%). Au MoDem, les avis sont plus partagés mais une majorité des sympathisants du parti de François Bayrou rejette la TVA sociale (55% contre 43% favorables).

Plus que les modalités, c’est le principe même de la TVA sociale qui est rejeté. Alors que la hausse de la TVA se révèle relativement modeste (+1,6 points) à l’aune de ce qui a pu être évoqué ces dernières semaines (une hausse de l’ordre de 4 ou 5 points), les Français s’opposent aussi massivement à la mesure dont les modalités sont aujourd’hui définies qu’au principe même de la TVA sociale. Au début du mois, l’institut CSA avait interrogé les Français sur leur adhésion au principe d’une hausse de la TVA en contrepartie d’une baisse des charges patronales sur les salaires, et le niveau de refus s’était révélé identique : 64% des Français s’opposaient au principe de la TVA sociale et 33% s’y montraient favorables.

Un refus motivé par la crainte d’une hausse des prix

73% des Français estiment que la mise en place de la mesure de TVA sociale annoncée par Nicolas Sarkozy se traduira par une hausse des prix à la consommation (dont 47% « oui, tout à fait ») et 69% considèrent qu’elle pèsera davantage sur le pouvoir d’achat des catégories modestes que sur celui des plus aisées (dont 47% « oui, tout à fait »). Ainsi, la crainte d’une hausse des prix se révèle très présente et les trois quarts des Français l’estiment conséquente à la mise en place de la TVA sociale. Par conséquent, la mesure est perçue comme défavorables aux plus modestes, plus impactés par les hausses des prix, ce qui explique sans doute par ailleurs pourquoi les catégories populaires s’opposent davantage à la mesure.

En outre, la contrepartie attendue de la hausse de la TVA, à savoir l’augmentation de la compétitivité des entreprises françaises, n’est pas reconnue par les Français : seuls 35% d’entre eux estiment que la mise en place de la TVA sociale permettra à l’industrie française d’être plus compétitive sur les marchés internationaux et 62% se déclarent en désaccord avec cette idée. La mesure apparaît donc, aux yeux des Français, comme une stratégie perdant-perdant, dont ni le consommateur, ni les entreprises ne tireront bénéfice.

Sondage CSA pour l’Humanité, réalisé par téléphone les 31 janvier et 1er février 2012, auprès d’un échantillon de 1008 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Les résultats complets ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s