François Bayrou ne retrouve que la moitié de son électorat de 2007

L’Ifop réalise régulièrement des sondages d’intentions de vote auprès d’échantillons relativement importants  qui permettent des niveaux de lecture relativement fins. Leur dernière étude* nous permet notamment de constater un élément important : alors que François Bayrou recueille des niveaux élevés d’intentions de vote (12,5% dans ce sondage), il ne retrouve que 50% de son électorat de 2007.

L’électorat de François Bayrou en 2007  plus dispersé que celui des autres principaux candidats

Les électeurs de François Bayrou en 2007 apparaissent particulièrement infidèles en comparaison des autres électorats de 2007. Seul un électeur de François Bayrou en 2007 sur deux déclare son intention de voter de nouveau pour le président du MoDem en 2012. A titre de comparaison, l’électorat de Ségolène Royal au premier tour de l’élection présidentielle de 2007 se reporte à 78% sur François Hollande, Nicolas Sarkozy retrouve 71% de ses électeurs en 2007, et Marine Le Pen séduit 84% des personnes ayant voté Jean-Marie Le Pen à la précédente élection présidentielle.

Ces résultats démontrent la volatilité évidente de l’électorat de François Bayrou et son caractère composite. Les Français ayant l’intention de voter pour le Béarnais ne sont pas des « fidèles », votant systématiquement pour le MoDem à chaque élection, ou pas même à chaque élection présidentielle. Le MoDem reste avant tout le parti d’un seul homme, qui, lors de l’élection présidentielle, parvient à séduire largement un public de circonstance autour de la personnalité de François Bayrou, un public qui n’hésitera pas à voter pour un autre parti à la prochaine élection.

Cette incapacité à rassembler de nouveau son potentiel électoral constitue une faiblesse du candidat centriste, mais elle démontre également sa force puisque son haut niveau dans les intentions de vote montre que celui-ci arrive à séduire des électeurs qui n’avaient pas voté pour lui en 2007 (malheureusement, les données fournies par l’Ifop ne permettent pas d’analyser d’où est issu cet électorat).

L’électorat de François Bayrou en 2007 qui ne se reporte pas sur lui en 2012 est principalement un électorat de gauche

De nombreuses études l’avaient montré : en 2007, François Bayrou avait su séduire le centre-gauche et ses électeurs s’étaient largement reportés sur Ségolène Royal au deuxième tour. Le comportement des électeurs n’ayant pas l’intention de mettre de nouveau dans l’urne un bulletin François Bayrou en fait une nouvelle démonstration : 24% déclarent leur intention de voter pour François Hollande et seuls 9% envisagent un vote pour Nicolas Sarkozy. Les votes plus éloignées du positionnement du candidat centriste sont très minoritaires : 6% des électeurs de François Bayrou en 2007 déclarent avoir l’intention de voter pour Marine Le Pen, et la même proportion pour Jean-Luc Mélenchon.

Ainsi, les électeurs n’ayant pas l’intention de voter de nouveau pour François Bayrou se reportent aux deux tiers vers la gauche et à un tiers vers la droite.

* Sondage Ifop en partenariat avec Fiducial pour Europe 1, Paris Match et Public Sénat, réalisé par internet et par téléphone auprès d’un échantillon de 1723 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 1896 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Advertisements

4 commentaires sur “François Bayrou ne retrouve que la moitié de son électorat de 2007

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s