Seuls 31% des Français sont satisfaits du quinquennat de Nicolas Sarkozy

A l’heure où le président de la République redevient un candidat comme presque tous les autres, il apparaît particulièrement handicapé par son bilan. Seuls 31% des Français se déclarent satisfaits de l’action qu’il a mené durant ses cinq ans de présidence, une satisfaction qui se révèle, en outre, pour le moins modérée : 3% se déclarent « très satisfaits » et 28% « plutôt satisfaits »*.

Plus des deux tiers des Français se disent mécontents de l’action du président et parmi ceux-ci, 36% s’affirment même « très mécontents » (et 31% « plutôt mécontents »), ce qui démontre, au-delà de l’importance du rejet, sa force. De surcroît, il est intéressant de remarquer que ce n’est pas l’accumulation de cinq années de pouvoir qui a déçu les Français. En effet, en avril 2008, un an après l’accession de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République, 72% des Français se déclaraient déjà insatisfaits de son action (42% « plutôt mécontents » et 30% « très mécontents »). Nicolas Sarkozy a donc perdu très vite le crédit qui l’a porté à la présidence et « l’état de grâce » se révéla particulièrement court (cf notamment notre article sur l’évolution de la popularité de Nicolas Sarkozy). Durant les quatre années suivantes, s’est renforcé un peu plus le pôle de ses plus forts détracteurs, la part de Français se déclarant « très mécontents » passant de 30% à 36% entre 2008 et 2012.

Il est éclairant d’observer la satisfaction à l’égard du quinquennat de Nicolas Sarkozy parmi les différents électorats qui se dessinent pour l’élection présidentielle. Premier constat, au sein des électeurs prêts à accorder un nouveau mandat au président sortant, l’enthousiasme vis-à-vis du bilan n’est pas de mise. Si, sans surprise, ceux-ci se déclarent quasi-unanimement satisfaits du quinquennat (91%), seuls 9% se disent en être « très satisfaits » et 82% « plutôt ».

A gauche, sans trop de suspense non plus, le rejet est particulièrement marqué : 95% des électeurs ayant l’intention de voter pour Jean-Luc Mélenchon se déclarent mécontents (et 76% « très »), 96% de ceux de François Hollande (et 61% « très ») et 91% de ceux d’Eva Joly (et 62% « très »).

Au sein de l’électorat centriste, l’insatisfaction est pratiquement aussi importante qu’à gauche : 85% des électeurs potentiels de François Bayrou sont mécontents du quinquennat de Nicolas Sarkozy. Néanmoins, il est très important de noter que ce mécontentement très majoritaire n’est pas aussi fortement ancré et que « seules » 25% des personnes ayant l’intention de voter pour le candidat du MoDem se déclarent « très mécontentes » (contre 36% des Français en moyenne). Six électeurs potentiels de François Bayrou sur dix se déclarent « plutôt mécontents » du bilan du président de la République.

Enfin, c’est parmi les électeurs potentiels de Marine Le Pen que la situation est la plus mitigée : 22% d’entre eux se déclarent satisfaits et 78% mécontents du quinquennat, soit un taux de satisfaction plus faible que la moyenne de la population (31% de satisfaits et 69% de mécontents), mais plus élevé qu’à gauche ou au centre. En revanche, une part importante des électeurs frontistes se déclarent « très mécontente » (37%, et 41% « plutôt mécontente ») et affiche donc un rejet clair du président sortant.

 

Globalement, l’insatisfaction très majoritaire vis-à-vis du bilan de Nicolas Sarkozy dans tous les électorats (hormis évidemment le sien) explique largement les mauvais reports de voix qui s’effectuent pour lui dans les intentions de vote de second tour. Si le président de la République parvient à tutoyer François Hollande au premier tour, il accuse toujours un retard très conséquent au second, car il ne parvient pas à capter suffisamment le vote centriste et de l’extrême-droite.

 

* Sondage Ifop en partenariat avec Fiducial pour Europe 1, Paris Match et Public Sénat, réalisé par questionnaire auto-administré en ligne et par téléphone du 23 au 26 février, auprès d’un échantillon de 1723 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 1903 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus .

** Sondage Ifop en partenariat avec Fiducial pour Paris Match, réalisé par internet et par téléphone les 17 et 18 avril 2008 auprès d’un échantillon de 956 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s