François Hollande est le président le plus impopulaire de la Cinquième République

Tous les instituts de sondage (ou presque) le notent : la cote de popularité de François Hollande atteint des records jamais enregistrés sous la Cinquième République. Les derniers sondages parus (Ipsos et OpinionWay) confirment cette chute de la popularité du président de la République au cours des dernières semaines, chute que les instituts mesurent les uns après les autres.

Les instituts de sondage posent des questions spécifiques, ce qui peut expliquer les différences de niveaux observées. Ils réalisent également leurs études à des dates différentes. L’enchaînement des parutions donne l’illusion d’une baisse soutenue et continue, alors qu’en fait tous mesurent une même baisse, la périodicité des différents baromètres étant mensuelle.

La comparaison des différents baromètres montre clairement une baisse de la popularité de François Hollande depuis septembre, celle-ci étant enregistrée dans tous les baromètres de popularité, et donc par tous les instituts de sondage :

Evolution cote popularité Hollande novembre 2013
Évolution de la cote de popularité de François Hollande selon les instituts

Lire la suite

Publicités

UDI-MoDem : une union souhaitée mais qui pose de nombreuses difficultés stratégiques

En 2007, François Bayrou était le « troisième homme » de la campagne présidentielle et avait réuni 18,6 % des suffrages. La création du MoDem suite à ce succès électoral ne permettra pas de capitaliser les voix obtenues et les scores enregistrés par le parti centriste seront souvent jugés décevants. En outre, son positionnement, entre la droite et la gauche, et son refus de nouer des alliances au niveau national, n’offrent au MoDem qu’un modeste réseau d’élus – où les défections pour les autres composantes centristes ont été de surcroît nombreuses – et une influence limitée dans le paysage politique français. Si le parti participe bien au pouvoir, notamment au sein de conseils municipaux, le scrutin majoritaire ferme durablement les portes de l’Assemblée nationale à un parti qui refuse de s’allier au PS ou à l’UMP. En outre, si le score de François Bayrou en 2007 pouvait laisser percer l’espoir d’une qualification au second tour de l’élection présidentielle, les 9 % obtenus en 2012 hypothèquent désormais ces ambitions présidentielles.

Affaibli politiquement par son manque d’élus, le MoDem devrait, dans les prochains jours, officialiser son alliance avec l’UDI, qui a réussi à fédérer les multiples petits partis de centre-droit de l’échiquier politique sous l’égide de Jean-Louis Borloo. Cette alliance divise les Français. Un sondage BVA montre ainsi que 45 % des Français souhaitent effectivement que le MoDem s’allie avec l’UDI, mais que tout autant (45%) considèrent que le parti devrait rester indépendant (10 % des personnes interrogées ne se prononcent pas). Lire la suite

Seuls 17 % des Français sont satisfaits de la politique économique et sociale du gouvernement

La cote de popularité du président de la République est repartie à baisse. Cette impopularité toujours plus forte s’explique largement par le large mécontentement que suscite la politique menée depuis juin 2012. L’insatisfaction est plus spécifiquement portée par la politique économique et sociale, domaine où la critique est très vive, plus que pour les affaires étrangères ou l’éducation par exemple.

Aujourd’hui, 81 % des Français sont mécontents de la politique économique et sociale du gouvernement selon un sondage OpinionWay. Et seuls17 % des Français s’en disent satisfaits, un chiffre qui passe symboliquement sous la barre des 20 % ce mois-ci (23 % en septembre).

Evolution de la satisfaction politique économique et sociale
Évolution de la satisfaction des Français à l’égard de la politique économique et sociale du gouvernement (%)

Lire la suite

Le FN est-il aussi populaire que le parti socialiste ?

Un sondage BVA paru hier montre une amélioration de l’image du Front national dans l’opinion publique. De manière inédite, 28% des répondants déclarent désormais avoir une bonne opinion du parti dirigé par Marine Le Pen. Ce score est en progression de 4 points par rapport au mois dernier et apparaît symboliquement comme le meilleur jamais enregistré par le parti frontiste, même si le chiffre obtenu en avril 2013 était comparable (27%).

Ce qui marque surtout dans cette enquête, c’est que la dégradation parallèle de l’image du PS, due à l’impopularité du gouvernement, fait que ces deux partis disposent désormais du même niveau de « bonnes opinions ». En effet, 28% des Français portent encore un jugement favorable sur le parti socialiste, une chute de 5 points par rapport au mois dernier – chute qui suit la baisse de popularité de François Hollande -, et surtout de 16 points depuis septembre 2012.

Bonnes opinions à l'égard des partis
Evolution du pourcentage de Français ayant une bonne opinion des différents partis politiques (BVA, octobre 2013)

Lire la suite

Quel est le chiffre de popularité de François Hollande ?

Les différents instituts de sondage publient, chacun, un baromètre de popularité du président de la République. Au total, dix baromètres existent. Leurs chiffres sont publiés à des dates différentes. Ceci peut donner l’impression d’une baisse continue de la popularité présidentielle, alors qu’en fait, c’est la même diminution qui est mesurée par Ipsos, puis par CSA, etc. Il faut également souligner l’effet des reprises médiatiques, les journalistes ayant tendance à reprendre les évolutions les plus marquantes (baisse ou hausse significative) et à moins parler des chiffres stables. La vision des baromètres de popularité est donc bien souvent incomplète.

En outre, chaque institut propose une formulation de question différente, ce qui donne, naturellement, des résultats différents. Ainsi, certains instituts de sondage demandent à la personne interrogée si elle a une « bonne opinion » ou une « mauvaise opinion » de François Hollande (BVA notamment), d’autres si elle fait confiance ou non au Président (CSA), d’autres si elle juge favorablement ou défavorablement l’action présidentielle (Ipsos)… Si évidemment, toutes ces dimensions (confiance, satisfaction, opinion…) sont étroitement corrélées, elles ne sont pas parfaitement identiques. Lire la suite

Le FN en tête aux européennes ? Notes de lecture pour le sondage Ifop

La publication hier d’un sondage Ifop pour le Nouvel Observateur donnant le FN en tête des intentions de vote pour les prochaines élections européennes fait énormément parler de lui. Le parti de Marine Le Pen, avec 24% des suffrages, devancerait en effet l’UMP (22%) et le PS (19%). Néanmoins comme tout sondage d’intention de vote, a fortiori de longs mois avant le scrutin, ce sondage doit être interprété avec prudence.

1. Les précautions qui s’appliquent à tous les sondages d’intention de vote

On ne le répétera jamais assez, un sondage donne le pouls de l’opinion à un instant T. Autrement dit, ce sont les rapports de force actuels qui sont mesurés dans ce sondage et pas ceux qui prévaudront le jour de scrutin. Le sondage n’est pas une prédiction. Ce qu’il faut en déduire, c’est qu’aujourd’hui, le FN ferait 24% des suffrages et devancerait les deux grands partis que sont l’UMP et le PS, mais le vote n’aura lieu que dans 8 mois. D’ici là, une campagne électorale se sera déroulée, avec des partis exposant leurs programmes respectifs, et des événements politiques pourront également influencer le rapport de force, notamment les résultats aux municipales qui auront lieu en mars prochain.

De plus, ce sondage est naturellement soumis à des marges d’erreurs. Celles-ci ne permettent pas d’établir avec certitude l’ordre d’arrivée du FN, de l’UMP et du PS. D’autres études devront venir confirmer ou infirmer les résultats obtenus dans ce sondage Ifop. Lire la suite

Le mouvement « manif pour tous » toujours soutenu par un tiers des Français

La loi instaurant la mariage et l’adoption pour les couples homosexuels a été votée par le Parlement et promulguée par le président de la République. Les manifestations contre ce texte se poursuivent, mais connaissent un certain essoufflement. De quel soutien dispose dorénavant le mouvement contre le « mariage pour tous » dans l’opinion ?

Un Français sur deux s’oppose à la loi « mariage pour tous »

Avant de s’intéresser plus spécifiquement au mouvement « manif pour tous » et du soutien dont il bénéficie, il faut noter que la loi en elle-même continue de susciter un fort clivage. Les Français demeurent très divisés sur la loi instaurant le mariage et l’adoption pour les couples homosexuels : 49% s’y disent favorables et 49% s’y opposent (2% ne se prononçant pas)*. Lire la suite

Que pensent les Français du « mariage pour tous » ?

Le débat autour du projet de loi « mariage pour tous » bat son plein. Alors que les débats parlementaires sont sur le point de se terminer et la loi d’être votée définitivement par l’Assemblée nationale, l’ample mouvement de manifestation à l’encontre de ce projet reste vivace et se radicalise. Deux logiques de légitimité s’affrontent : la gauche fait valoir que la mesure, présente dans le programme de François Hollande, est validée par l’élection de ce dernier puis d’une majorité de gauche à l’Assemblée nationale. Le mouvement d’opposition fait valoir un refus majoritaire de la population et demande donc l’organisation d’un référendum.

De nombreux sondages ont été réalisé sur cette question. Que montrent-ils ? Le « retournement de l’opinion » présenté par certains membres du mouvement « manif pour tous » est-il réel ? Lire la suite

A quoi servent des intentions de vote un an après ?

L’Ifop a publié il y a quelques jours un sondage* contenant une question d’intentions de vote à l’élection présidentielle « un an après ».

IV Ifop 2013-04

Cette question a suscité de nombreuses critiques : quel intérêt puisqu’elle place les répondants dans une situation totalement fictive ? Le caractère fictif de l’hypothèse posée par la question n’est pas en doute : il n’y a pas d’élection présidentielle en vue, et même si des circonstances exceptionnelles rendaient cette hypothèse plausible, il semble hautement improbable que l’offre électorale soit identique à celle du dernier scrutin présidentiel.

Cette question n’a effectivement aucune valeur pour éclairer un prochain scrutin. Il n’est pas question d’en tirer des conclusions du type « Nicolas Sarkozy aurait gagné si l’élection avait lieu aujourd’hui », car nous ne sommes pas en campagne pour élire un président, et une campagne ferait naturellement bouger les lignes, c’est sa raison d’être. L’exercice doit être interprété bien autrement.

Lire la suite

La cote de popularité de François Hollande repart à la hausse

Après des mois de chute puis de stagnation, la cote de popularité du chef de l’Etat amorce une remontée dans le dernier sondage Ifop/Paris Match (terrain les 31 janvier et 1er février). 43% des Français approuvent désormais l’action du chef de l’Etat, soit une augmentation de 6 points par rapport au mois précédent. Néanmoins, la part des opinions négatives reste toujours plus forte (57%).

Cote de popularité de François Hollande (Ifop / Paris Match)
Cote de popularité de François Hollande (Ifop / Paris Match)

Lire la suite