Municipales : les intentions de vote à Marseille

(Mis à jour : 19 mars 2014)

Tendance des sondages : incertain
(maire actuel : Jean-Claude Gaudin, UMP)

 

Quinze sondages publiés ont été réalisés dans la cité phocéenne en vue du prochain scrutin municipal. La deuxième ville de France constitue un enjeu fort de ces élections puisqu’elle apparaît comme la seule très grande ville à pouvoir basculer à gauche. Le maire actuel, Jean-Claude Gaudin (UMP), semble en effet susceptible de laisser sa place, mais le scrutin s’avère très incertain.

Notons en premier lieu que certains sondages ont été effectués sur l’ensemble de la ville. Or, l’élection se joue par secteur. Si les sondages effectués sur l’ensemble de Marseille sont naturellement instructifs sur le rapport de force, ils ne permettent pas de désigner un vainqueur, déterminé par le nombre de sièges de conseillers municipaux conquis. Ce mode de scrutin implique que le vainqueur en voix n’est pas forcément vainqueur en sièges.

Par ailleurs, six sondages ont  été conduits dans le IIIe secteur, certainement le plus susceptible de « faire » l’élection : son basculement à gauche devrait permettre à Patrick Mennucci de conquérir la mairie. Ce basculement, s’il n’est pas garanti, est loin d’être impossible comme le montrent ces études. En revanche, les enquêtes montrent que le premier et le sixième secteur devraient ne pas changer de majorité.

 

La force du Front national, la clé du scrutin marseillais ?

Les études montrent que le rapport de force sur l’ensemble de la ville apparaît très serré entre Patrick Mennucci (PS) et Jean-Claude Gaudin (UMP), notamment du fait de la forte progression du Front national par rapport aux précédentes élections municipales en 2008. Le parti frontiste conduit dans la cité phocéenne par Stéphane Ravier est en effet crédité de 16% à 22% des intentions de vote au premier tour dans les différents sondages et il serait donc en capacité de se maintenir au second tour, sinon dans tous les secteurs, mais dans la plupart.

Au second tour, le FN recueille de 16% à 20% des intentions de vote, un score en léger recul par rapport au premier tour, les sondages montrant qu’une partie des électeurs frontistes se reporteraient sur la liste UMP au second tour, certainement dans un réflexe de « vote utile » pour ne pas que la ville bascule à gauche. En outre, les scores les plus bas ont été obtenus dans les deux dernières enquêtes (16% dans le sondage de BVA mené entre le 5 et le 8 mars et le même score dans celui de CSA réalisé les 17 et 18 mars), ce qui semble démontrer que les listes frontistes sont en perte de vitesse, sous doute toujours dans cette logique de vote utile.

Malgré tout, la force du Front national, qui augmenterait son score d’environ 10 points par rapport aux précédentes élections municipales (9% sur l’ensemble de la ville), pourrait empêcher l’UMP d’arriver en tête dans certains secteurs pourtant favorables à la droite.

 

L’issue incertaine du duel entre Jean-Claude Gaudin et Patrick Mennucci

Du fait de la présence au second tour du FN, la gauche, qui est minoritaire en voix sur la totalité de Marseille (de 39% à 41% d’intentions de vote au second tour) pourrait l’emporter. En effet, les triangulaires empêchent la liste de Jean-Claude Gaudin de disposer de larges réserves de voix pour le second tour et les sondages montrent bien qu’avec la présence du Front national, l’écart entre les listes de Patrick Mennucci et de Jean-Claude Gaudin est relativement réduit. Néanmoins, les dernières enquêtes montrent clairement une dynamique en faveur du maire sortant. Alors que la liste de gauche était symboliquement devant jusqu’au mois de janvier, dans les dernières enquêtes, elle est désormais devancée par la liste UMP-UDI. Cette progression de la droite se fait au détriment du Front national et dans une moindre mesure, de la gauche.

Récapitulatif des sondages d'intentions de vote pour le second tour des municipales à Marseille (CSA, BVA et Ifop)
Récapitulatif des sondages d’intentions de vote pour le second tour des municipales à Marseille (CSA, BVA et Ifop)

 

De fait, une victoire de la gauche apparaît de plus en plus compliquée à Marseille. Néanmoins, comme nous l’avons déjà écrit, ce qui compte réellement est le nombre de conseillers municipaux obtenus. Il n’est pas impossible que la liste qui arrive en tête en nombre de voix ne remporte pas la mairie. En tout état de cause, si la gauche ravissait Marseille à la droite, cela se ferait alors même qu’elle recule très fortement en voix : elle avait obtenu 48% des suffrages au second tour en 2008. Sa victoire potentielle serait donc due à la progression du Front national et aux triangulaires.

 

La liste de Jean-Claude Gaudin progresse dans les dernières enquêtes

Au premier tour, la liste conduite par Jean-Claude Gaudin recueille, dans le dernier sondage réalisé, 37% des intentions de vote, soit un score dans la moyenne haute des précédentes enquêtes (35%-37% entre mi-janvier et mi-février et de 31% à 33% entre mi-novembre et début janvier). Jean-Claude Gaudin se rapproche donc du score qu’il avait obtenu en 2008 (41% des voix), dont le créditait même le sondage de BVA mené début mars.

 

L’union PS-EELV n’engendre aucun gain pour la liste de Patrick Mennucci

La liste de Patrick Mennucci est créditée de 28% des suffrages au premier tour dans le dernier sondage (CSA). Dans les deux études réalisées fin janvier et début février, la liste de gauche avait progressé (Ifop : 29% des intentions de vote et CSA : 31%). Cette hausse correspond au moment où l’union avec EELV dès le premier tour a été conclue. Permettant un gain de 4 à 6 points pour la liste de Patrick Mennucci, cette alliance n’avait pas pour autant permis une addition parfaite des voix qui se portaient séparément sur le PS et les écologistes auparavant ; quand les deux listes étaient présentes, la liste EELV conduite par Karim Zéribi recueillait de 6% à 7% des intentions de vote, soit plus que le gain obtenu par la liste de Patrick Mennucci depuis le retrait des écologistes.

Dans les enquêtes de mars, la liste de Patrick Mennucci a légèrement baissé (26% et 28% des intentions de vote).

 

Les autres listes nettement devancées

Le Front de gauche obtient de 7% à 11% des intentions de vote à Marseille et devrait passer la barre des 10% dans certains secteurs, notamment le troisième.

Le MoDem, qui avait réalisé 5,5% des voix en 2008, obtenait de 3% à 5% des suffrages dans les intentions de vote jusqu’à fin janvier. Il n’est désormais plus testé du fait de l’évolution de l’offre électorale.

La liste de Pape Diouf est créditée de seulement 4% à 5% des intentions de vote. Tant que l’ancien président de l’OM n’avait pas officiellement déclaré sa candidature, la liste « le Sursaut » obtenait de 0,5% à 1% des intentions de vote.

13 - Marseille - Graphique sondages premier tour municipales
Récapitulatif des sondages d’intentions de vote pour le premier tour des municipales à Marseille (CSA, BVA et Ifop)
NB : Dans ce graphique ne figurent pas les autres listes testées (PRG et divers droite – Robert Assante dans le 6e secteur) (cf. résultats complets infra)

 

Le IIIe secteur,  la clé du scrutin, apparaît incertain

Au-delà de ces sondages sur l’ensemble de la ville, six enquêtes ont été réalisées dans le IIIe secteur (4e et 5e arrondissement). Celui-ci apparaît particulièrement crucial pour l’élection car son basculement à gauche devrait permettre à Patrick Mennucci de s’asseoir dans le fauteuil de maire de Marseille.

Le premier sondage, mené par PollingVox au début du mois de novembre est assez dissonant des suivants : celui-ci donne la gauche victorieuse, et ce, de manière nette. Les cinq études réalisées depuis (entre fin janvier et mi-mars) s’accordent à montrer un rapport de force serré entre les deux principales listes (PS-EELV et UMP-UDI) et donc incertain. Si nous ne voulons écarter de manière péremptoire cette première enquête, nous devons cependant préciser que celle-ci apparaît plus fragile parce qu’elle a été réalisée beaucoup plus en amont du scrutin, à un moment où les électeurs sont plus indécis. En outre, l’offre politique n’était pas encore clairement connue début novembre. Par conséquent, le sondage PollingVox ne tient pas compte de l’union entre le PS et EELV dès le premier tour et n’a pas testé la liste de Pape Diouf, qui n’avait pas encore annoncé sa candidature. Nous préférons donc nous appuyer sur les cinq dernières enquêtes, qui montrent des résultats assez semblables.

 

Au premier tour, la liste soutenue par Jean-Claude Gaudin et menée dans le secteur par Bruno Gilles arrive en tête des intentions de vote (de 35% à 38% dans les cinq sondages) et devance donc assez nettement  la liste de la ministre Arlette Carlotti, qui recueille de 29% à 32% des intentions de suffrages. A gauche, la liste du Front de gauche menée par Isabelle Pasquet obtient de 11% à 14% des intentions de vote. Le parti de Jean-Luc Mélenchon devrait donc avoir la possibilité de se maintenir dans ce secteur, mais cette hypothèse apparaît néanmoins improbable étant donné que la victoire de la gauche n’y est absolument pas acquise. Dans cette situation, le Front de gauche se ralliera très certainement à la liste PS-EELV au second tour.

La liste du Front national menée dans le IIIe secteur par Stéphane Ravier recueille de 14% à 19% des intentions de vote, soit plus du double du score réalisé par le FN en 2008 (6%). C’est sur ce point que les sondages sont les plus en désaccord. Dans le dernier sondage, celui réalisé par l’Ifop, le Front national obtient son meilleur score (19% des intentions de vote), ce résultat se rapprochant le plus de celui réalisé par Marine Le Pen dans le IIIe secteur lors de l’élection présidentielle (20%). En toute état de cause, le Front national devrait donc obtenir les 10% nécessaires au maintien au second tour et provoquer une triangulaire.

La liste de Pape Diouf recueille de 4% à 5% des intentions de vote dans ces différentes enquêtes. Enfin, la liste « Marseille j’y crois » conduite par Alain Persia et la liste d’Elisabeth Saïd (testées uniquement dans le dernier sondage) ne sont créditées que de 0,5% des intentions de vote.

Les intentions de vote dans le troisième secteur de Marseille (4-5 mars 2014 - Ipsos)
Les intentions de vote dans le troisième secteur de Marseille (4-5 mars 2014 – Ipsos)

 

Au second tour, dans la triangulaire opposant les listes de Marie-Arlette Carlotti (PS-EELV-FDG), de Bruno Gilles (UMP-UDI) et de Jean-Pierre Baumann (FN), le rapport de force est aujourd’hui incertain. En effet, la liste de gauche devance de 1 point la liste de droite dans trois des enquêtes (44% contre 43% dans l’enquête TNS Sofres de fin janvier et dans celle de CSA de début mars, 43% contre 42% dans celle de l’Ifop de mi-mars), de 2 points dans une autre (44% contre 42% dans l’enquête BVA de début mars) et est en parfaite égalité avec celle-ci dans la dernière (42% dans l’enquête Ipsos de début mars). Ces écarts sont compris dans la marge d’erreur. Néanmoins, le fait que quatre enquêtes donnent un léger avantage à la ministre déléguée induit à penser que celle-ci est réellement en tête et pourrait l’emporter le 30 mars prochain.

Dans cette triangulaire, le Front national ne progresse pas par rapport au premier tour et recueille de 13% à 16% des intentions de vote selon les études.

Les intentions de vote dans le troisième secteur de Marseille (4-5 mars 2014 - Ipsos)
Les intentions de vote dans le troisième secteur de Marseille (4-5 mars 2014 – Ipsos)

 

Ces enquêtes montrent que la gauche recule par rapport au précédent scrutin municipal dans le IIIe secteur. En 2008, la liste menée par Jean-Noël Guérini y avait réalisé 48% des voix. La droite, concurrencée par le FN, est également en baisse : elle avait rassemblé 51% des électeurs sur la liste menée par Renaud Muselier.

Le score du FN se révèle donc bien l’une des clés du scrutin à Marseille et plus particulièrement dans ce IIIe secteur. Si le parti frontiste fait le plein de voix, il devrait empêcher la droite de devancer la gauche, sauf si des alliances sont conduites entre le parti de Marine Le Pen et l’UMP. Mais les électeurs tentés par le Front national pourraient décider de voter utile pour empêcher la mairie de passer à gauche.

13 - Marseille - Secteurs 2008 + sondages 2014
Secteurs remportés en 2008 et sondages pour les élections municipales de 2014

 

La droite devrait conserver le VIe secteur

Le VIe secteur, actuellement détenu par la droite, ne devrait pas basculer à l’issue du scrutin. Selon le sondage réalisé par l’Ifop début mars, la liste de Roland Blum (UMP-UDI) arrive en tête des intentions de vote au premier tour dans ce secteur (30%). Elle devance la liste de gauche menée dans le VIe secteur par Christophe Masse (23%) et la liste du Front national conduite par Élisabeth Philippe (21%). Robert Assante (divers droite), actuel maire du secteur, obtient 13% des intentions de vote et, fort de ce poids électoral, pourrait donc peser dans les tractations d’entre-deux-tours avec Roland Blum.

La liste du Front de gauche menée par Sandrine Cartier est créditée de 7% des voix, celle de Ferdinand Richard, tête de liste locale de la liste de Pape Diouf, de 4,5%. Le PRG ne séduit que 0,5% des électeurs et l’extrême-gauche 1%.

Au second tour, la liste de Roland Blum sort largement victorieuse de la triangulaire qui l’opposerait à la gauche et au Front national. Elle recueille alors 45% des intentions de vote, contre 35% à la liste de Christophe Masse et 20% à la liste frontiste.

 

Dans le premier secteur, où se présente Patrick Mennucci, la gauche est favorite

Le PS a fait fuiter certains chiffres d’un sondage réalisé dans le premier secteur de la ville, où se présente sa tête de liste, Patrick Menucci. Cette enquête montre que le candidat de gauche profite largement d’une présence du Front national au second tour dans ces arrondissements. Il y obtient 48% des intentions de vote dans le sondage réalisé par Ipsos les 12 et 13 mars, contre 38% pour la tête de liste UMP-UDI, Dominique Tian et 14% pour la liste du Front national conduite par Dominique Demeester.

Au premier tour, le leader de la gauche à Marseille pourrait néanmoins être devancé par la droite dans son secteur. Le rapport de force y est serré : Patrick Mennucci obtient 34% des intentions de vote et Dominique Tian 33%. La liste de Pape Diouf recueillerait 5% des voix dans les 11e et 12e arrondissements.

 

 

Résultats détaillés

Enquêtes sur l’ensemble de la ville

13 - Marseille - 2013-10-21-22
Intentions de vote à Marseille (21-22 octobre 2013 – CSA)
13 - Marseille - 2013-11-13-15
Intentions de vote à Marseille (11-13 novembre 2013 – BVA)
13 - Marseille - 2014-01-02-04
Intentions de vote à Marseille (2-4 janvier 2014 – Ifop)
Intentions de vote à Marseille (27-28 janvier 2014 - CSA)
Intentions de vote à Marseille (27-28 janvier 2014 – CSA)
Intentions de vote à Marseille (6-8 février 2014 - Ifop)
Intentions de vote à Marseille (6-8 février 2014 – Ifop)
Les intentions de vote à Marseille (5-8 mars 2014 - BVA)
Les intentions de vote à Marseille (5-8 mars 2014 – BVA)
Les intentions de vote à Marseille (17-18 mars 2014 - CSA)
Les intentions de vote à Marseille (17-18 mars 2014 – CSA)

 

Enquêtes sur le IIIe secteur

Intentions de vote dans le IIIe secteur de Marseille (4-6 novembre 2013 - PollingVox)
Intentions de vote dans le IIIe secteur de Marseille (4-6 novembre 2013 – PollingVox)
Intentions de vote dans le IIIe secteur de Marseille (30 janvier - 1er décembre 2014 - TNS Sofres)
Intentions de vote dans le IIIe secteur de Marseille (30 janvier – 1er décembre 2014 – TNS Sofres)
NB : le sondage TNS Sofres testait également une deuxième hypothèse de premier tour, avec une liste MoDem à la place de la liste de Pape Diouf. Cette hypothèse n’est pas présentée car elle ne correspond pas à l’offre réelle.
Les intentions de vote dans le troisième secteur de Marseille (3-4 mars 2014 - CSA)
Les intentions de vote dans le troisième secteur de Marseille (3-4 mars 2014 – CSA)
Les intentions de vote dans le troisième secteur de Marseille (4-5 mars 2014 - Ipsos)
Les intentions de vote dans le troisième secteur de Marseille (4-5 mars 2014 – Ipsos)
Les intentions de vote à Marseille (5-8 mars 2014 - BVA)
Les intentions de vote à Marseille (5-8 mars 2014 – BVA)
Les intentions de vote dans le 3e secteur de Marseille (13-15 mars 2014 - Ifop)
Les intentions de vote dans le 3e secteur de Marseille (13-15 mars 2014 – Ifop)

 

Enquête sur le VIe secteur

Les intentions de vote dans le 6e secteur de Marseille (3-5 mars 2014 - Ifop)
Les intentions de vote dans le 6e secteur de Marseille (3-5 mars 2014 – Ifop)

 

 

Références

(1) Sondage CSA pour BFMTV, Orange et le Figaro, réalisé par téléphone du 21 au 22 octobre 2013 auprès d’un échantillon de 802 personnes inscrites sur les listes électorales, représentatif de la populatio marseillaise âgée de 18 ans et plus.
(2) Sondage PollingVox pour l’Observatoire du changement politique, réalisé par téléphone du 4 au 6 novembre 2013 auprès d’un échantillon de 600 personnes inscrites sur les listes électorales, représentatif de la population des 4e et 5e arrondissements de Marseille (3e secteur) âgée de 18 ans et plus.
(3) Sondage BVA pour le Parisien / Aujourd’hui en France et France inter, réalisé par téléphone du 13 au 15 novembre 2013 auprès d’un échantillon de 612 personnes inscrites sur les listes électorales, représentatif de la population marseillaise âgée de 18 ans et plus.
(4) Sondage Ifop pour Paris Match, Public Sénat, Sud Radio et Fiducial, réalisé par téléphone du 2 au 4 janvier 2014 auprès d’un échantillon de 702 personnes, représentatif de la population marseillaise inscrite sur les listes électorales.
(5) Sondage CSA pour BFMTV, Orange et le Figaro, réalisé par téléphone du 27 au 28 janvier 2014 auprès d’un échantillon de 803personnes inscrites sur les listes électorales, représentatif de la population marseillaise âgée de 18 ans et plus.
(6) Sondage TNS Sofres pour le Nouvel Observateur et RTL, réalisé par téléphone du 30 janvier au 1er février 2014 auprès d’un échantillon de 614 personnes inscrites sur les listes électorales dans le 3e secteur, extrait d’un échantillon de 929 personnes, représentatif de la population des 4e et 5e arrondissements de Marseille (3e secteur) âgée de 18 ans et plus.
(7) Sondage Ifop pour I-télé et 20 minutes, réalisé par téléphone du 6 au 8 février 2014 auprès d’un échantillon de 703 personnes, représentatif de la population marseillaise inscrite sur les listes électorales.
(8) Sondage CSA pour BFMTV, le Figaro et Orange, réalisé par téléphone du 3 au 4 mars 2014 auprès d’un échantillon de 605 personnes, inscrites sur les listes électorales, représentatif de la population des 4e et 5e arrondissements de Marseille (3e secteur) âgée de 18 ans et plus.
(9) Sondage Ipsos pour France 3 Provence Alpes et la Provence, réalisé par téléphone du 4 au 5 mars 2014 auprès d’un échantillon de 604 personnes, inscrites sur les listes électorales, représentatif de la population des 4e et 5e arrondissements de Marseille (3e secteur) âgée de 18 ans et plus.
(10) Sondage Ifop pour Europe 1 et la Provence, réalisé par téléphone du 5 au 7 mars 2014 auprès d’un échantillon de 602 personnes, représentatif de la population du 6e secteur de Marseille âgée de 18 ans et plus et inscrite sur les listes électorales.
(11 et 12) Sondage BVA pour le Parisien / Aujourd’hui en France et RTL, réalisé par téléphone du 5 au 8 mars 2014 auprès d’un échantillon de 1010 personnes inscrites sur les listes électorales, représentatif de la population marseillaise âgée de 18 ans et plus, dont 505 personnes habitant les 4e et 5e arrondissements de Marseille (3e secteur).
(13) Sondage Ipsos pour le Parti socialiste, réalisé par téléphone les 12 et 13 mars 2014 auprès d’un échantillon de 602 personnes inscrites sur les listes électorales, représentatif de la population du 1er secteur de Marseille âgée de 18 ans et plus et inscrite sur les listes électorales.
(14) Sondage Ifop pour I-télé et 20 minutes, réalisé par téléphone du 13 au 15 mars 2014 auprès d’un échantillon de 552 personnes, représentatif de la population du 3e secteur de Marseille âgée de 18 ans et plus et inscrite sur les listes électorales.
(15) Sondage CSA pour BFMTV, le Figaro, Ricoh et Orange, réalisé par téléphone du 17 au 18 mars 2014 auprès d’un échantillon de 808 personnes, représentatif de la population de Marseille âgée de 18 ans et plus et inscrite sur les listes électorales.

 

RETOUR AU RÉCAPITULATIF DE L’ENSEMBLE DES SONDAGES D’INTENTIONS DE VOTE POUR LES MUNICIPALES

 

VOIR AUSSI NOTRE NOTE DE LECTURE POUR LES SONDAGES D’INTENTIONS DE VOTE

2 commentaires sur “Municipales : les intentions de vote à Marseille

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s