Municipales : les intentions de vote à Paris

Mis à jour : 21 mars 2014
 
Tendance des sondages : victoire de la gauche
(maire actuel : Bertrand Delanoë, PS)

 

Depuis que l’offre politique s’est stabilisée à Paris, dix-huit sondages ont été réalisés dans la capitale. Huit portent sur l’ensemble de la ville et dix ont été conduits dans des arrondissements en particulier (5e, 7e, 12e, 14e et 15e).

Les sondages sur l’ensemble de la ville nous permettent de connaître le rapport de force à Paris. Cependant, comme à Marseille ou à Lyon, dans la capitale, le scrutin ne se joue pas au niveau de l’ensemble de la commune. La mairie parisienne se gagne arrondissement par arrondissement et la liste ayant obtenu le plus de conseillers de Paris dans les différents arrondissements peut faire élire son candidat au poste de maire. A Paris, le vainqueur en sièges de conseillers n’est pas forcément le vainqueur en voix sur l’ensemble de la ville. Ainsi, les sondages sur l’ensemble de Paris ne permettent pas de connaître le vainqueur, ils ne sont néanmoins pas exempts d’enseignements.

 

Sur l’ensemble de la ville, un rapport de force relativement serré mais favorable à la gauche

Les enquêtes montrent une avance de la gauche dans l’électorat parisien. Dans les huit sondages réalisés entre décembre et la fin mars, la liste conduite par la dauphine du maire sortant, Anne Hidalgo, arrive en tête dans les sondages de second tour avec une légère avance. Elle obtient de 51,5% à 54% des intentions de vote et la liste de sa concurrente de droite, Nathalie Kosciusko-Morizet, de 46% à 48,5%. La tendance sur le long terme montre une assez forte stabilité de ce rapport de force, voire un léger renforcement de l’avance de la candidate socialiste. Si l’écart entre les deux listes reste dans la marge d’erreur, le fait d’obtenir huit mesures concordantes avec la gauche en tête indique bien une avance réelle de la liste d’Anne Hidalgo dans l’électorat parisien à l’heure actuelle. 

Tendance des sondages d'intentions de vote pour le second des municipales à Paris (Ifop)
Tendance des sondages d’intentions de vote pour le second des municipales à Paris (Ifop, BVA, CSA)

 

Au premier tour, les listes des deux candidates étaient, entre décembre et début janvier, à quasi-égalité : la liste de NKM (UMP-UDI-MoDem) obtenait de 38% à 39% des intentions de vote et celle d’Anne Hidalgo (PS-PRG-PC) de 38% à 39,5%. Les sondages effectués entre mi-janvier et début mars montrent une stabilité de la liste d’Anne Hidalgo au premier tour (de 38% à 39,5%), tandis que la liste de Nathalie Kosciusko-Morizet perd environ 2 points et apparaît dès lors distancée au premier tour (de 35,5% à 37,5%). La candidate de droite a connu une perte de vitesse de la candidate de droite à l’entrée dans le vif de la campagne électorale, avec l’affirmation des listes « divers droite ». Les deux instituts ayant mené plusieurs sondages sur l’ensemble de la ville (CSA et l’Ifop) montrent la même tendance.

Dans les derniers sondages, ceux effectués à partir de la mi-mars, la liste d’Anne Hidalgo perd également un peu de terrain. Ainsi, le sondage BVA conduit entre le 14 et le 19 mars et celui de CSA réalisé entre les 18 et 20 mars créditent la liste de la dauphine de Bertrand Delanoë de 37% et 36% des intentions de vote, les plus faibles scores depuis le début de la campagne. Cette diminution est également à mettre en relation avec la progression d’autres listes de gauche.

Récapitulatif des sondages d'intentions de vote pour le premier tour des municipales à Paris (Ifop)
Récapitulatif des sondages d’intentions de vote pour le premier tour des municipales à Paris (Ifop)
Récapitulatif des sondages d'intentions de vote pour le premier tour des municipales à Paris (CSA)
Récapitulatif des sondages d’intentions de vote pour le premier tour des municipales à Paris (CSA)

 

La troisième place à Paris sera disputée entre le FN et EELV. Le Front national était en tête jusqu’à la mi-mars. La liste conduite par Wallerand de Saint-Just recueille de 7% à 9% des intentions de vote dans ces sondages, un score qui signifie qu’il peut potentiellement atteindre le second tour dans certains arrondissements (le seuil étant fixé à 10% des suffrages) et créer des triangulaires, qui compliqueront d’autant plus la tâche de la droite. Néanmoins, le parti frontiste est en recul, passant de 9% d’intentions de vote jusqu’à début janvier à 7%-7,5% dans les enquêtes de mars.

Europe Ecologie les Verts talonne le Front national et pourrait le devancer, d’autant plus que les écologistes progressent dans les dernières mesures. Les intentions de vote pour la liste écologiste menée par Christophe Najdovski, qui étaient assez stables jusqu’à la mi-mars (entre 5,5% et 7% d’intentions de vote de décembre à début mars) sont désormais à leur plus haut après l’épisode du pic de pollution : dans le dernier sondage CSA, la liste écologiste est créditée de 7,5% des intentions de vote (à égalité avec le FN) et dans le sondage BVA de 8% (1 point de plus que le FN).

La liste du parti de gauche de Danielle Simmonnet dispose d’un potentiel électoral stable tout au long des enquêtes : avec de 4,5% à 6% des intentions de vote, la liste du parti de gauche se situe derrière celles des écologistes et du Front national.

L’extrême-gauche reste marginale, avec, dans toutes les enquêtes, seulement 0,5% pour les listes du NPA et 0,5% pour celles de Lutte ouvrière, ces deux partis ne présentant pas de listes dans tous les arrondissements.

Enfin, le poids des autres listes progresse légèrement avec leur notoriété. Les listes de Charles Beigbeder notamment sont créditées de 3,5% des intentions de vote dans le dernier sondage de l’Ifop.

 

Dans les arrondissements, pas de changement majeur, ce qui garantirait la victoire de la gauche

Pour gagner Paris, la droite doit parvenir à faire basculer plusieurs arrondissements dirigés actuellement par la gauche. Or, le rapport de force municipal est globalement défavorable à la droite comme le montrent les sondages sur l’ensemble de Paris, et en outre, les arrondissements clés semblent peu à même de basculer. Ainsi, le symbolique 14e arrondissement, où se présente Nathalie Kosciusko-Morizet, ne devrait pas changer de majorité, or la victoire à la mairie de Paris est fortement improbable pour la droite si elle ne le remporte pas. De la même manière, le 12e arrondissement semble désormais ancré à gauche. Si le 15e et le 7e devraient rester à droite, NKM apparaît d’autant moins en position de remporter la mairie que le risque de perdre le 5e arrondissement, que la droite détient actuellement et fief de la famille Tibéri, est réel.

Arrondissements remportés en 2008 et sondages pour les élections de 2014 (PollingVox, TNS Sofres et Ifop).
Arrondissements remportés en 2008 et sondages pour les élections de 2014 (PollingVox, TNS Sofres, BVA et Ifop).

 

Le 14e reste ancré à gauche, malgré la présence de Nathalie Kosciusko-Morizet

Quatre sondages ont été menés dans cet arrondissement décisif. La liste de gauche y arrive nettement en tête des intentions de vote (56% contre 44% pour la liste de Nathalie Kosciusko-Morizet au second tour dans le dernier sondage, celui de BVA, réalisé du 14 au 19 mars).

La liste de l’ancienne l’ancienne ministre est même dominée au premier tour : elle recueille 34% contre 39% pour la liste PS-PRG-PC conduite par Annick Lepetit dans cet arrondissement selon le dernier sondage, confirmant l’avance enregistrée dans toutes les autres enquêtes réalisées depuis décembre. Deux points positifs cependant pour NKM : la dissidente UMP Marie-Claire Carrère Gée fait un score faible (4% dans les deux dernières enquêtes) et la liste FN ne semble pas pouvoir se maintenir au second tour (5-6% d’intentions de vote pour la liste de Tiphaine Leost).

Toujours dans le 14 arrondissement, EELV devrait devancer le parti de gauche. La dernière enquête crédite la liste écologiste conduite par Célia Blauel de 10% des intentions de vote, le plus haut score depuis son entrée en campagne (de 6,5% à 8% dans les précédents sondages), confirmant la hausse des écologistes dans la dernière ligne droite. A l’inverse, la liste du parti de gauche menée par Leila Chaibi n’obtient plus que 5% d’intentions de vote dans la dernière étude, soit son plus bas niveau (de 6% à 7,5% dans les enquêtes de décembre à février).

Enfin la liste de Lutte ouvrière conduite par Laurent Vinciguerra ne recueille, dans le dernier sondage, que 1% d’intentions de vote, et la liste centriste de Nicolas Mansier 2%.

 

Le basculement du 15e arrondissement à gauche semble également improbable

Dans le 15e arrondissement, où se présente la tête de liste municipale Anne Hidalgo, cette dernière serait donc battue par le maire sortant, Philippe Goujon, qui attire 54% des intentions de vote contre 46% à son adversaire. Ce rapport de force est proche de celui de 2008 (53% des voix contre 47%).

Au premier tour, la liste du maire est en tête (44% d’intentions de vote). La liste dissident de Géraldine Poirault-Gauvin recueille 2,5% des intentions de suffrage.

A gauche, la liste socialiste obtient 37% au premier tour. Les écologistes (5%) et le parti de gauche (2%) sont faibles dans cet arrondissement ancré à droite.Le FN recueille 8% des intentions de vote, la qualification pour le second tour apparaissant donc potentiellement à portée, comme dans le 14e.

Enfin, la liste de Julien Rippert « Notre 15ème » ne séduit que 1,5% des électeurs dans cette enquête.

 

Le 5e, bastion de la droite, pourrait basculer à gauche

Aux difficultés de la droite pour faire basculer des arrondissements de gauche en sa faveur, se conjugue également le défi de garder certains arrondissements actuellement détenus par la droite. Ainsi, le 5e arrondissement, traditionnellement ancré à droite et fief des Tibéri, pourrait basculer à gauche. En 2012, lors du second tour de l’élection présidentielle, l’arrondissement avait majoritairement voté pour François Hollande (56%). Aujourd’hui, alors que Jean Tibéri ne se représente pas, le poids local de la droite semble affaibli et celle-ci pourrait laisser la mairie d’arrondissement à la gauche.

Les deux sondages réalisés dans l’arrondissement, l’un par l’institut BVA à la fin du mois de janvier, et l’autre par l’Ifop à la mi-février, placent la gauche en tête au premier tour. La liste de Marie-Christine Lemardeley (PS-PRG-PC) recueille ainsi 36%-37% des intentions de vote, un score légèrement supérieur à celui obtenu en 2008 par la liste socialiste (35%). Cette première place est permise par la division de la droite. La liste soutenue par Nathalie Kosciusko-Morizet et menée par Florence Berthout, avec de 28% à 30% des intentions de vote, devance nettement celle du dissident Dominique Tibéri, fils de Jean Tibéri (de 17% à 19%), qui rassemble tout de même près d’un électeur sur cinq.

Le parti de gauche et EELV recueillaient tous les deux 6% d’intentions de vote dans le sondage effectué par BVA fin janvier. Dans l’enquête de l’Ifop réalisée entre le 20 et le 22 février, la liste EELV domine nettement celle du parti de gauche. Avec 7% des intentions de vote, les écologistes, dont la tête de liste dans cet arrondissement est Laurent Audoin, peuvent donc espérer un score en progression par rapport à 2008 (5,45% des suffrages). Le Parti de gauche n’est plus crédité que de 3% des intentions de vote.

La liste frontiste de Lucia Laporte, avec de 4% à 5% d’intentions de vote, n’a aucune chance de se maintenir au second tour dans le cinquième arrondissement d’après ces études.

Enfin, la liste « Paris Libéré » de Charles Beigbeder, conduite localement par Thomas Schmitz ne séduit que 2% des électeurs.

Au second tour, si Dominique Tibéri décidait de se maintenir, la gauche profiterait de la triangulaire engendrée par la division de la droite pour s’imposer largement, frisant la majorité absolue d’après le sondage BVA : 49% d’intentions de vote, contre 31% à la liste de Florence Berthout soutenue par NKM et 20% pour la liste de Dominique Tibéri. Dans l’étude de l’Ifop quatre semaines plus tard, l’écart entre la gauche et la droite est un peu plus resserré mais une victoire nette reste promise à Marie-Christine Lemardeley dans cette configuration : 46% des intentions de vote, contre 34% pour la liste de Florence Berthout et toujours 20% pour Dominique Tibéri.Si la droite s’unissait au second tour pour éviter de faire basculer l’arrondissement à gauche, le rapport de force se révèle serré. Dans les deux sondages, la liste de gauche recueille 52% des intentions de vote contre 48% à la droite unie. Ces scores sont compris dans la marge d’erreur et interdisent de conclure à l’identité du vainqueur dans l’état actuel des forces mais démontrent un léger avantage en faveur de la gauche.

En résumé, si dans le 5e arrondissement de Paris la droite n’arrivait pas à s’accorder pour une liste d’union pour le second tour, ce fief historique devrait basculer à gauche. Même dans le cas d’une union au second tour, cet arrondissement qui vote majoritairement à gauche lors des élections nationales pourrait tomber dans l’escarcelle d’Anne Hidalgo.

 

Dans le 7e, Rachida Dati risque encore de voir la victoire dès le 1er tour lui échapper de peu

Le 7e arrondissement de Paris est profondément ancré à droite. Le risque que celui-ci passe à gauche est nul, alors même que la droite y est divisée. Ainsi, la liste UMP-UDI-MoDem conduite par Rachida Dati pourrait obtenir la majorité absolue dès le premier tour (elle obtient 49% des intentions de vote dans le sondage TNS Sofres réalisé en janvier), malgré la présence de deux opposants : Michel Dumont, qui obtient 11% des intentions de vote, et Christian Le Roux, qui en recueille 9%. Au second tour, si ces deux listes fusionnaient, elles attireraient, dans une triangulaire face à la liste de Rachida Dati et à la gauche, 22% des suffrages (53% pour la liste de Rachida Dati et 25% pour la gauche).

Le Front national est faible dans le 7e arrondissement (6% des intentions de vote) mais doublerait ses voix par rapport à 2008 (3%).A gauche, la liste socialiste menée par Capucine Edou ne recueille que 20% des intentions de vote au premier tour, la liste EELV de Bernard Bourdeix 3% et la liste parti de gauche de Bruno Percebois 2%. Au second tour, la gauche fait un peu moins bien qu’en 2008 (25% des intentions de vote contre 27% des voix en 2008).

 

Le 12e confirme son ancrage à gauche

Chaînon essentiel dans la conquête de Paris par la droite, le 12e arrondissement parisien n’est pas en voie de basculer dans l’escarcelle de Nathalie Koscisuko-Morizet. François Hollande y avait recueilli 59% des voix au second tour de l’élection présidentielle de 2012 et cet arrondissement semble désormais un bastion acquis à la gauche. Le sondage Ifop réalisé en février dans le 12e accorde 58% des intentions de vote au second tour à la liste conduite par Catherine Baratti-Elbaz (PS) et 42% à celle de Valérie Montandon (UMP). L’étude effectuée par BVA un peu plus d’un mois plus tard (14-19 mars) donne un écart un peu plus réduit mais toujours très largement favorable à la gauche : 56% contre 44%.

Au premier tour, la liste PS-PC-PRG menée par Catherine Baratti-Elbaz arrive nettement en tête, avec 39% des intentions de vote dans la dernière enquête. Elle recule néanmoins par rapport à la précédente étude (-4 points par rapport à février) au profit, semble-t-il, d’EELV. La liste conduite par la tête de file des écologistes dans la capitale, Christophe Najdovski recueille désormais 10% des intentions de vote (+4 points). Celui-ci devrait donc arriver devant la liste du parti de gauche, conduite dans l’arrondissement par Alexis Corbière, qui n’obtient que 5% d’intentions de vote, perdant 2 points par rapport à la précédente enquête, certainement au profit des listes LO (1%) et NPA (1%).

La liste UMP-UDI-MoDem recueille un tiers des intentions de vote (34%) au premier tour dans les deux sondages. La liste centriste n’affiche qu’un faible score : 3% d’intentions de vote pour la liste « nous citoyens » de Benoît Perrin. Enfin, le Front national apparaît très peu implanté dans le 12e arrondissement et la liste de Christian Vauge n’attire que de 5% à 7% des électeurs.

 

 

Résultats détaillés

Sondages sur l’ensemble de Paris

75 - Paris - 2014-01-23-27
Intentions de vote à Paris (23-27 janvier – Ifop)
Intentions de vote à Paris (3-7 janvier 2014 - CSA)
Intentions de vote à Paris (3-7 janvier 2014 – CSA)
Intentions de vote à Paris (2-4 janvier 2014 - Ifop)
Intentions de vote à Paris (2-4 janvier 2014 – Ifop)
Intentions de vote à Paris (13-17 décembre 2013 - Ifop)
Intentions de vote à Paris (13-17 décembre 2013 – Ifop)
Les intentions de vote à Paris (7-11 mars 2014 - Ifop)
Les intentions de vote à Paris (7-11 mars 2014 – Ifop)
Les intentions de vote à Paris (10-12 mars 2014 - CSA)
Les intentions de vote à Paris (10-12 mars 2014 – CSA)
Les intentions de vote à Paris (14-19 mars 2014 - BVA)
Les intentions de vote à Paris (14-19 mars 2014 – BVA)
Les intentions de vote à Paris (18-20 mars 2014 - CSA)
Les intentions de vote à Paris (18-20 mars 2014 – CSA)

 

Sondages par arrondissement

Intentions de vote dans le 14e arrondissement de Paris (28 octobre - 1er novembre 2013 - PollingVox)
Intentions de vote dans le 14e arrondissement de Paris (28 octobre – 1er novembre 2013 – PollingVox)
NB : sondage réalisé avant l’annonce d’une liste commune UMP-UDI-MoDem
Intentions de vote dans le 14e arrondissement de Paris (10-12 décembre 2013 - Ifop)
Intentions de vote dans le 14e arrondissement de Paris (10-12 décembre 2013 – Ifop)
Intentions de vote dans le 14e arrondissement de Paris (10-11 février 2014 - CSA)
Intentions de vote dans le 14e arrondissement de Paris (10-11 février 2014 – CSA)
Intentions de vote dans le 15e arrondissement de Paris (10-12 décembre 2013 - Ifop)
Intentions de vote dans le 15e arrondissement de Paris (10-12 décembre 2013 – Ifop)
Intentions de vote dans le 7e arrondissement de Paris (16-18 janvier 2014 - Tns Sofres)
Intentions de vote dans le 7e arrondissement de Paris (16-18 janvier 2014 – TNS Sofres)
Intentions de vote dans le 5e arrondissement de Paris (28-30 janvier 2014 - BVA)
Intentions de vote dans le 5e arrondissement de Paris (28-30 janvier 2014 – BVA)
Intentions de vote dans le 12e arrondissement de Paris (3-5 février 2014 - Ifop)
Intentions de vote dans le 12e arrondissement de Paris (3-5 février 2014 – Ifop)
Les intentions de vote dans le 5e arrondissement de Paris (20-22 février 2014 - Ifop)
Les intentions de vote dans le 5e arrondissement de Paris (20-22 février 2014 – Ifop)
Les intentions de vote dans le 12e arrondissement de Paris (14-19 mars 2014 - BVA)
Les intentions de vote dans le 12e arrondissement de Paris (14-19 mars 2014 – BVA)
Les intentions de vote dans le 14e arrondissement de Paris (14-19 mars 2014 - BVA)
Les intentions de vote dans le 14e arrondissement de Paris (14-19 mars 2014 – BVA)

 

 

Références

Sondages sur l’ensemble de Paris

(1) Sondage Ifop pour Sud Radio, Paris Match et Public Sénat, réalisé par internet du 13 au 17 décembre 2013 auprès d’un échantillon de 920 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 1030 personnes, représentatif de la population parisienne âgée de 18 ans et plus.
(2) Sondage Ifop pour le JDD, réalisé par internet du 2 au 4 janvier 2014 auprès d’un échantillon de 931 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 1017 personnes, représentatif de la population parisienne âgée de 18 ans et plus.
(3) Sondage CSA pour BFMTV, le Figaro et Orange, réalisé par internet du 3 au 7 janvier 2014 auprès d’un échantillon de 810 personnes inscrites sur les listes électorales, représentatif de la population parisienne âgée de 18 ans et plus.
(4) Sondage Ifop pour Europe 1, le LCI et le Parisien, réalisé par internet du 23 au 27 janvier 2014 auprès d’un échantillon de 1089 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 1191 personnes, représentatif de la population parisienne âgée de 18 ans et plus.
(5) Sondage Ifop pour Fiducial, Paris Match, Public Sénat et Sud Radio, réalisé par internet du 7 au 11 mars 2014 auprès d’un échantillon de 1053 personnes, représentatif de la population parisienne âgée de 18 ans et plus et inscrite sur les listes électorales.
(6) Sondage CSA pour BFMTV, le Figaro et Orange, réalisé par internet du 10 au 12 mars 2014 auprès d’un échantillon de 802 personnes inscrites sur les listes électorales, représentatif de la population parisienne âgée de 18 ans et plus.
(7) Sondage BVA pour Le Parisien / Aujourd’hui en France et RTL, réalisé par internet du 14 au 19 mars 2014 auprès d’un échantillon de 1002 personnes inscrites sur les listes électorales, représentatif de la population parisienne âgée de 18 ans et plus.
(8) Sondage CSA pour BFMTV, le Figaro et Orange, réalisé par internet du 10 au 12 mars 2014 auprès d’un échantillon de 802 personnes inscrites sur les listes électorales, représentatif de la population parisienne âgée de 18 ans et plus.

Sondages par arrondissement

(1) Sondage PollingVox pour l’observatoire du changement politique, réalisé par téléphone du 28 octobre au 1er novembre 2013 auprès d’un échantillon de 604 personnes, représentatif de la population du 14e arrondissement de Paris, inscrite sur les listes électorales.
(2) Sondage Ifop pour le JDD et Sud Radio, réalisé par internet du 10 au 12 décembre 2013 auprès d’un échantillon de 500 personnes inscrites sur les listes électorales, représentatif de la population du 14e arrondissement de Paris  âgée de 18 ans et plus.
(3) Sondage Ifop pour le JDD et Sud Radio, réalisé par internet du 10 au 12 décembre 2013 auprès d’un échantillon de 505 personnes inscrites sur les listes électorales, représentatif de la population du 15e arrondissement de Paris  âgée de 18 ans et plus.
(4) Sondage TNS Sofres pour Sopra Group, le Nouvel Observateur et RTL, réalisé par téléphone du 16 au 18 janvier 2014 auprès d’un échantillon de 602 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 932 personnes, représentatif de la population du 7e arrondissement de Paris âgée de 18 ans et plus.
(5) Sondage BVA pour le Parisien / Aujourd’hui en France, réalisé par téléphone du 28 au 30 janvier 2014 auprès d’un échantillon de 604 personnes inscrites sur les listes électorales, représentatif de la population du 5e arrondissement de Paris âgée de 18 ans et plus.
(6) Sondage Ifop pour le Journal du Dimanche et Sud radio, réalisé par téléphone du 3 au 5  février 2014 auprès d’un échantillon de 502 personnes inscrites sur les listes électorales, représentatif de la population du 12e arrondissement de Paris âgée de 18 ans et plus.
(7) Sondage CSA pour BFMTV, Le Figaro et Orange, réalisé par téléphone du 10 au 11 février 2014 auprès d’un échantillon de 604 personnes inscrites sur les listes électorales, représentatif de la population du 14e arrondissement de Paris âgée de 18 ans et plus.
(8) Sondage Ifop pour Fiducial, Paris Match, Public Sénat et Sud Radio, réalisé par téléphone du 20 au 22 février 2014 auprès d’un échantillon de 552 personnes, représentatif de la population du 5e arrondissement de Paris âgée de 18 ans et plus et inscrite sur les listes électorales.
(9) Sondage BVA pour Le Parisien / Aujourd’hui en France et RTL, réalisé par téléphone du 14 au 19 mars 2014 auprès d’un échantillon de 506 personnes, représentatif de la population du 12e arrondissement de Paris âgée de 18 ans et plus et inscrite sur les listes électorales.
(10) Sondage BVA pour Le Parisien / Aujourd’hui en France et RTL, réalisé par téléphone du 14 au 19 mars 2014 auprès d’un échantillon de 505 personnes, représentatif de la population du 14e arrondissement de Paris âgée de 18 ans et plus et inscrite sur les listes électorales.

 

RETOUR AU RÉCAPITULATIF DE L’ENSEMBLE DES SONDAGES D’INTENTIONS DE VOTE POUR LES MUNICIPALES

 

VOIR AUSSI NOTRE NOTE DE LECTURE POUR LES SONDAGES D’INTENTIONS DE VOTE

Un commentaire sur “Municipales : les intentions de vote à Paris

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s