Les villes qui pourraient basculer aux municipales

Mis à jour : 20 mars 2014
 
 

Les sondages réalisés dans différentes communes à l’occasion des municipales montrent que la gauche subit un recul en voix assez généralisé, corollaire de l’impopularité du gouvernement et de François Hollande. Celui-ci devrait se traduire par des pertes de mairies pour le PS et ses alliés. D’après les différentes enquêtes réalisées, plusieurs villes pourraient quitter le giron de la gauche.

NB : ne sont indiquées que les villes où des sondages ont été réalisées.
NB : ne sont indiquées que les villes où des sondages ont été réalisées.

 

La droite serait la grande gagnante de ce recul de la gauche. Les plus grandes villes qu’elle pourrait gagner sont Toulouse et Strasbourg, même si ce n’est pas là où les sondages lui sont les plus favorables.

Dans le grand Ouest, les enquêtes sont très incertaines pour Angers, Caen, Laval et Angoulême, où la droite est clairement en position de l’emporter face à la gauche. En Picardie, à Amiens, le scrutin est incertain et la ville pourrait bien passer à droite. Outre Strasbourg, l’Est de la France pourrait connaître de nombreux basculements à droite avec Reims, Metz, Belfort ou Saint-Dié des Vosges.

A Auxerre, le maire sortant (PS) part favori mais pourrait être défait.

Dans la moitié Sud de la France, à Saint-Étienne ou à Périgueux, la droite pourrait également détrôner la gauche, mais elle ne part pas favorite. Le scrutin apparaît également fortement indécis à Bourgoin-Jallieu, à Briançon, à Albertville, à Chambéry, à Brive-la-Gaillarde, à Valence ou à Dax. A Pau, le ralliement de la droite à François Bayrou pourrait entraîner un basculement de la ville. Biarritz, actuellement détenue par le MoDem, devrait basculer vers l’UMP/UDI si la droite s’unit au second tour. Enfin, à Brignoles et à la Seyne-sur-mer, la droite pourrait également l’emporter mais la force du Front national complexifie largement le jeu dans ces communes du sud de la France.

NB : ne sont indiquées que les villes où des sondages ont été réalisées.
NB : ne sont indiquées que les villes où des sondages ont été réalisées.

 

Malgré sa déroute annoncée, la gauche peut espérer gagner quelques communes à l’issue des élections municipales. Marseille serait évidemment le gain le plus emblématique pour la gauche. Le scrutin y apparaît toujours très indécis. La victoire à Avignon apparaît en revanche acquise d’après les sondages du fait d’une triangulaire avec le Front national et d’une forte baisse de l’UMP.

A Nancy, à Bourges et à Vienne, les sondages laissent aussi envisager une victoire de la gauche dans des villes qui ont majoritairement voté pour François Hollande à l’élection présidentielle. Corbeil-Essonnes, qui vote très majoritairement à gauche lors des élections nationales, pourrait mettre un terme à l’administration de Serge Dassault et de son dauphin Jean-Pierre Bechter.

La gauche pourrait également gagner Aix-en-Provence mais devra pour cela s’unir avec les centriste.

Hyères, où la droite est divisée et où le Front national devrait être présent au second tour, dans le cas d’une quadrangulaire, pourrait créer la surprise en passant à gauche.

Bayonne pourrait également passer à gauche à la faveur d’une droite divisée. Enfin, à Biarritz également, c’est seulement dans l’hypothèse d’une division de la droite au second tour que la gauche pourrait l’emporter, mais ce risque devrait inciter les candidats de droite à s’entendre.

NB : ne sont indiquées que les villes où des sondages ont été réalisées.
NB : ne sont indiquées que les villes où des sondages ont été réalisées.

 

Le Front national qui nourrit de grandes ambitions pour ces élections municipales apparaît en mesure de remporter certaines villes, même s’il n’apparaît nulle part comme le favori incontestable des sondages. Hénin-Beaumont constitue sans doute sa meilleure chance, avec Fréjus, où la victoire lui semble promise si la droite se présente désunie au second tour. A Forbach, la liste du vice-président du Front national, Florian Philippot, pourrait sortir victorieuse d’une triangulaire, tout comme la liste de Robert Ménard à Béziers ou celle de Laurent Lopez à Brignoles. A Hyères, il faudrait une quadrangulaire (gauche / UMP / divers droite / FN) pour que le parti frontiste puisse espérer s’imposer.

NB : ne sont indiquées que les villes où des sondages ont été réalisées.
NB : ne sont indiquées que les villes où des sondages ont été réalisées.
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s