Que feront les électeurs de Marine Le Pen au second tour ?

Les intentions de vote montrent aujourd’hui que Nicolas Sarkozy et François Hollande seront, à moins d’une énorme surprise (et qui sait ce que peut nous réserver une campagne présidentielle ?), les candidats sélectionnés pour le second tour. Depuis le début de la campagne, François Hollande apparaît nettement en tête des intentions de vote de second tour, et aujourd’hui, les instituts n’ont pas encore annoncé de rapport de force plus défavorable qu’un 53% en faveur du candidat socialiste contre un 47% pour le président sortant. Le candidat du PS, s’il dispose toujours pour l’heure d’une avance favorable, a néanmoins vu le candidat de l’UMP se rapprocher de lui. Alors que,  pour le second tour de l’élection, les intentions de vote pour Nicolas Sarkozy oscillaient, durant le mois de février, entre 55% et 58% (selon les instituts et les vagues d’enquête), aujourd’hui l’écart s’est significativement resserré. Les dernières études montrent que les résultats pour l’actuel président de la République se situent désormais entre 53% et 55% (toujours en fonction des instituts).

Les intentions de vote pour Nicolas Sarkozy ont également augmenté pour le premier tour (entre 24% et 27% en février, entre 27% et 30% dans les dernières études), alors que dans le même temps, le candidat socialiste subit un léger effritement de son capital électoral. Cette progression du candidat UMP au premier tour s’explique notamment par le resserrement de l’offre à droite (Hervé Morin, Frédéric Nihous, Corinne Lepage et Dominique de Villepin ont abandonné la compétition présidentielle). En outre, l »entrée en campagne du candidat et l’intensification des débats a certainement entraîné une remobilisation des électeurs de droite. Si cette remobilisation peut également expliquer la progression de Nicolas Sarkozy au second tour, sa progression est également le fait d’un meilleur report des voix du centre, mais surtout de l’extrême droite sur sa candidature.

Dans sa dernière étude d’intentions de vote, Ipsos* nous montre l’évolution du comportement des électeurs potentiels de Marine Le Pen pour le second tour de l’élection :

Lire la suite

Publicités

Le rapport de force à trois semaines du premier tour

A un peu moins de trois semaines du premier tour de l’élection présidentielle, les études d’intentions de vote montrent des mouvements significatifs dans le rapport de force entre les candidats. Pratiquement tous les instituts de sondage (excepté BVA), s’accordent désormais à placer Nicolas Sarkozy en tête au premier tour, devançant légèrement François Hollande. Le candidat socialiste continue néanmoins à garder une solide avance pour le second tour et deux sondages parus ce matin (BVA et Ipsos) annoncent même que l’écart se creuserait de nouveau au détriment du président sortant. Cette tendance doit néanmoins être confirmée.

Les changements dans le rapport de forces ne concernent pas que le duo de tête. La question « qui est le troisième homme ? » se pose avec toujours plus d’incertitude. Les courbes de Jean-Luc Mélenchon, qui a nettement progressé dans les intentions de vote au mois de mars, et celle de Marine Le Pen, qui subit un mouvement inverse avec un léger tassement, sont très proches. Les différents instituts placent l’un ou l’autre candidat à la troisième place. Le troisième homme de 2007, François Bayrou, semble désormais distancé par ces candidats selon la plupart des instituts.

Les études d’intentions de vote se succèdent mais que disent-elles réellement et quelles sont les évolutions retracées par les différents instituts ? Cet article, qui fait suite à celui que nous avons publié il y a quelques jours, fait la synthèse des baromètres d’intentions de vote les plus relayés dans les médias.

Lire la suite

Intentions de vote : quelles courbes se croisent ?

En cette période de campagne, les intentions de vote des différents instituts se suivent et il est parfois difficile de s’y retrouver. A entendre les médias parler de courbes qui se croisent, on pourrait croire que celles-ci ne cessent de passer l’une au-dessus ou au-dessous de l’autre. Or il en va bien autrement. Chaque institut (ou presque) a montré, l’un après l’autre, les mêmes dynamiques, à savoir que Nicolas Sarkozy prenait la tête du premier tour dans les intentions de vote (bien qu’il reste devancé au deuxième) et que Jean-Luc Mélenchon a vu sa courbe tutoyer voire croiser celles des autres candidats prétendant au titre de « troisième homme ».

Il n’est pas toujours facile d’y voir clair tant les publications des instituts se succèdent, avec des évolutions sur des périodes différentes.

Qu’en est-il réellement ? Quels sont les croisements de courbes dont on parle tant ? Lire la suite

Jean-Luc Mélenchon, le quatrième homme ?

Dans la dernière étude de l’institut CSA, Jean-Luc Mélenchon vient de passer, pour la première fois, la barre symbolique des 10% d’intentions de vote. Le candidat du Front de gauche apparaît donc désormais en position de disputer la quatrième place de l’élection présidentielle à François Bayrou. Si on parle désormais beaucoup, par conséquent, de l’éventualité que le candidat de la gauche de la gauche effectue à un score à deux chiffres, l’augmentation du score de Jean-Luc Mélenchon s’est pourtant véritablement effectuée  au mois de janvier, son score se révélant assez stable en février.

Un potentiel de vote qui augmente en janvier

L’observation des intentions de vote pour Jean-Luc Mélenchon montre une montée en puissance évidente du candidat de la gauche de la gauche, intervenant au mois de janvier. Tous les instituts notent cette augmentation : alors qu’en décembre, son score oscille entre 6% et 7,5%, à partir de mi-janvier, le candidat enregistre des scores entre 7% et 9,5%.

L’augmentation est modeste, mais bien présente. Le chiffre le plus élevé à ce jour (10%), donné par l’institut CSA, peut augurer une poursuite de cette augmentation des intentions de vote pour le candidat du Front de gauche. Cette hausse devra néanmoins être confirmée par d’autres études. Nous pouvons remarquer à ce jour que cette tendance à une poursuite de l’augmentation des intentions de vote pour Jean-Luc Mélenchon ne se dessine pas dans le « rolling » Ifop (intentions de vote en continu, avec un résultat publié tous les jours de la semaine), comme le montre le graphique ci-dessous, qui reprend toutes les intentions de vote de l’Ifop depuis début octobre. Après l’augmentation relevée en janvier, la tendance est plutôt stable depuis ce jour pour Jean-Luc Mélenchon (dont le score varie entre 7,5% et 9%) :

Lire la suite

Seuls 31% des Français sont satisfaits du quinquennat de Nicolas Sarkozy

A l’heure où le président de la République redevient un candidat comme presque tous les autres, il apparaît particulièrement handicapé par son bilan. Seuls 31% des Français se déclarent satisfaits de l’action qu’il a mené durant ses cinq ans de présidence, une satisfaction qui se révèle, en outre, pour le moins modérée : 3% se déclarent « très satisfaits » et 28% « plutôt satisfaits »*.

Plus des deux tiers des Français se disent mécontents de l’action du président et parmi ceux-ci, 36% s’affirment même « très mécontents » (et 31% « plutôt mécontents »), ce qui démontre, au-delà de l’importance du rejet, sa force. De surcroît, il est intéressant de remarquer que ce n’est pas l’accumulation de cinq années de pouvoir qui a déçu les Français. En effet, en avril 2008, un an après l’accession de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République, 72% des Français se déclaraient déjà insatisfaits de son action (42% « plutôt mécontents » et 30% « très mécontents »). Nicolas Sarkozy a donc perdu très vite le crédit qui l’a porté à la présidence et « l’état de grâce » se révéla particulièrement court (cf notamment notre article sur l’évolution de la popularité de Nicolas Sarkozy). Durant les quatre années suivantes, s’est renforcé un peu plus le pôle de ses plus forts détracteurs, la part de Français se déclarant « très mécontents » passant de 30% à 36% entre 2008 et 2012. Lire la suite

Les sondeurs sont-ils mauvais ? L’exemple de la précédente élection présidentielle

Alors que les sondages s’enchaînent dans la perspective de la prochaine élection présidentielle, les critiques à leur égard se font de plus en plus visibles du fait des écarts observés entre les études publiées par les différents instituts ces derniers jours.

L’exercice des intentions de vote est toujours complexe, mais ne s’apparente pas aux « magouilles sondagières » que l’on décrit souvent. Les redressements effectués ne le sont pas « au bon nez » du sondeur et s’appuient sur des données solides (votes antérieurs notamment), même si, il ne faut le nier non plus, entre parfois en jeu une légère part de subjectivité, le sondeur se reposant également sur l’expérience passée et sur ses connaissances en sciences politiques. Si l’on veut bien sortir du discours caricatural et dénonciateur des sondages, on retiendra que plusieurs difficultés, bien réelles, doivent être surmontées par les professionnels et que celles-ci peuvent expliquer les différences constatées entre les différents instituts de sondage, qui y apportent des réponses parfois différenciées :

 

Les « menteurs »

Quand on parle des redressements des sondages d’intentions de vote, on évoque souvent plus particulièrement la difficulté à estimer le vote pour le Front national. Si les débats autour des redressements sont centrés sur cette question, c’est que le Front national a très longtemps été la principale « victime » d’un phénomène bien décrit par les sciences politiques, la « désirabilité sociale ». Il s’agit, pour l’interviewé, de déclarer voter pour un autre candidat que celui pour lequel il a l’intention de réellement voter, parce qu’il nourrit une honte à avouer son véritable choix. Le répondant ment donc pour se rendre plus acceptable, plus « désirable » aux yeux de l’enquêteur ou de la personne qui lira les résultats. Lire la suite

Qui veut vraiment l’élection de François Hollande ou de Nicolas Sarkozy ?

Au-delà de l’exercice convenu des intentions de vote, certains sondages permettent de mesurer l’adhésion réelle aux candidats qui concourent à l’élection présidentielle. Car il existe une différence entre l’intention de voter pour un candidat et la volonté réelle que celui-ci occupe la fonction suprême. Combien ne votent que par défaut, pour contrer un candidat plutôt qu’en réelle faveur de l’autre ? Quel engouement suscite d’un côté un président sortant qui a déçu par ses actions et irrité par son style, de l’autre côté un candidat socialiste choisi une fois le « champion » Dominique Strauss-Kahn écarté de la course, un candidat souvent décrié comme trop « mou » et trop consensuel ?

Un sondage Ipsos nous renseigne sur l’attitude des Français à l’égard des deux principaux candidats à l’élection présidentielle.

 

Seuls 14% des Français souhaitent réellement la victoire de François Hollande, et la même proportion celle de Nicolas Sarkozy

Le « champion des sondages », qui domine largement les intentions de vote au second tour, ne suscite l’adhésion pleine et entière que de 14% des Français, qui déclarent que « c’est vraiment lui que [je] veux voir élu ». Et, de la même manière, 14% des Français souhaitent réellement la victoire du président sortant.

Ainsi, les candidats des deux principaux partis n’enthousiasment qu’une faible partie des électeurs, ce qui vient accréditer la théorie d’une campagne qui ne suscite que peu de passion.

Lire la suite

Intentions de vote : des dissonances entre les instituts

A deux mois du premier tour de l’élection présidentielle, les médias se font l’écho de nombreux sondages d’intentions de vote, réalisé par différents instituts. Ce matin était diffusé par de nombreuses sources (France télévisions, Radio France, Le Monde) un sondage réalisé par l’institut Ipsos les 17 et 18 février*, soit juste après la déclaration de candidature de Nicolas Sarkozy. L’enseignement principal de ce sondage étant que l’entrée en campagne du président de la République n’avait eu aucune conséquence dans les intentions de vote, Nicolas Sarkozy recueillant toujours 25% d’intentions de vote (comme au début du mois) et son principal adversaire, François Hollande, toujours 32%.

Or, il n’aura pas échappé aux observateurs qui suivent la parution des différents sondages, que deux études , réalisées sur des périodes proches voire identiques (OpinionWay réalisée également les 17 et 18 février** et Ifop réalisée du 16 au 20 février***), donnent des résultats légèrement différents, bien que la hiérarchie entre les candidats ne varie pas.

1. D’une part ces deux instituts observent une légère augmentation des intentions de vote pour Nicolas Sarkozy suite à sa déclaration de candidature, contrairement à Ipsos. Ainsi, OpinionWay constate une augmentation de 1,5 points par rapport au 8 février. Pour l’Ifop, l’augmentation est même de trois points depuis cette date.

2. L’écart entre les deux principaux candidats varie assez nettement. Le sondage Ipsos donne un très large écart au premier tour entre Français Hollande (32%) et Nicolas Sarkozy (25%) : 7 points. Pour OpinionWay et l’Ifop, cet écart n’est que de deux points ! (29% pour François Hollande et 27% pour Nicolas Sarkozy).

Ipsos
(17-18 février)
OpinionWay
(17-18 février)
Ifop
(16-20 février)
Nathalie Arthaud 0,5 0,5 0,5
Philippe Poutou 0,5 0,5 0
Jean-Luc Mélenchon 9 8 9
François Hollande 32 29 29
Eva Joly 3 2 2,5
François Bayrou 11 13 11
Corine Lepage 1 0,5 1
Dominique de Villepin 1,5 2 2
Nicolas Sarkozy 25 27 27
Frédéric Nihous 0 0,5 0
Nicolas Dupont-Aignan 0,5 0,5 0,5
Marine Le Pen 16 16,5 17,5

Par ailleurs, cette différence dans les niveaux d’intentions de vote se retrouve également au deuxième tour :

Ipsos
(17-18 février)
OpinionWay
(17-18 février)
Ifop
(16-20 février)
François Hollande 59 56 56
Nicolas Sarkozy 41 44 44

Lire la suite

Eva Joly et François Bayrou ont des électorats peu structurés

S’il est intéressant de regarder les intentions de vote et leur évolution, afin de savoir quel est le poids relatif des candidats, il ne faut oublier de jauger leur potentiel électoral à la lumière de la « solidité » de leur électorat. En d’autres termes, parmi les électeurs qui aujourd’hui déclarent avoir l’intention de voter pour un candidat, combien sont sûrs de leur choix et combien peuvent encore changer d’avis ?

L’analyse des dernières intentions de vote de l’institut OpinionWay nous permet de connaître cette donnée pour les principaux candidats. Et il apparaît que la sûreté du choix des électeurs varie très significativement selon les candidats.

Eva Joly et François Bayrou : des électorats peu structurés

L’incertitude se révèle particulièrement importante au sein des électorats d’Eva Joly et de François Bayrou. Moins d’une personne déclarant avoir l’intention de voter pour la candidate d’EELV sur deux se déclare sûre de son choix (46%). Pour Français Bayrou, la proportion d’électeurs certains de leur vote est à peine minoritaire (52%). Ceci démontre la fragilité évidente des électorats de ces deux candidats. Dans les semaines à venir, il faudra savoir si Eva Joly et François Bayrou réussissent à convaincre définitivement ces personnes de voter pour eux, ou si ceux-ci se reportent vers un autre candidat (ou vers l’abstention ou le vote blanc ou nul). Plus que jamais, ces deux prétendants à la présidence de la République doivent faire leurs preuves pour renforcer leur socle électoral. Lire la suite

François Bayrou ne retrouve que la moitié de son électorat de 2007

L’Ifop réalise régulièrement des sondages d’intentions de vote auprès d’échantillons relativement importants  qui permettent des niveaux de lecture relativement fins. Leur dernière étude* nous permet notamment de constater un élément important : alors que François Bayrou recueille des niveaux élevés d’intentions de vote (12,5% dans ce sondage), il ne retrouve que 50% de son électorat de 2007.

L’électorat de François Bayrou en 2007  plus dispersé que celui des autres principaux candidats

Les électeurs de François Bayrou en 2007 apparaissent particulièrement infidèles en comparaison des autres électorats de 2007. Seul un électeur de François Bayrou en 2007 sur deux déclare son intention de voter de nouveau pour le président du MoDem en 2012. A titre de comparaison, l’électorat de Ségolène Royal au premier tour de l’élection présidentielle de 2007 se reporte à 78% sur François Hollande, Nicolas Sarkozy retrouve 71% de ses électeurs en 2007, et Marine Le Pen séduit 84% des personnes ayant voté Jean-Marie Le Pen à la précédente élection présidentielle. Lire la suite