Michel Sapin et Pierre Moscovici sont les ministres qui suscitent le plus d’insatisfaction

La perspective d’un remaniement se rapproche après la lourde défaite des socialistes aux élections municipales. L’avenir du Premier ministre et des membres du gouvernement est incertain, ceux-ci bénéficiant d’un mauvais bilan pour l’opinion publique, un constat largement préexistant aux élections. Ainsi, le baromètre politique d’OpinionWay, dont la dernière vague d’enquête a été réalisée début mars, indique 72% des Français sont mécontents de l’action de Jean-Marc Ayrault comme Premier ministre. Depuis novembre 2013, le pourcentage de Français insatisfaits de la politique du Premier ministre est supérieur à 70% (entre 70% et 75%), après avoir été compris entre 65% et 69% d’avril à octobre. Ce mécontentement n’épargne pas les sympathisants de gauche et parmi les électeurs de François Hollande au premier tour de l’élection présidentielle, un sur deux se dit aujourd’hui insatisfait de l’action de Jean-Marc Ayrault.

 

Au sein du gouvernement, d’autres ministres suscitent également un jugement sévère de l’opinion. Les ministres de la sphère économique sont ceux qui génèrent le plus d’insatisfaction : 67% des Français se disent mécontents du ministre du Travail, Michel Sapin et 66% de celui de l’Economie et des Finances, Pierre Moscovici. Dans une moindre mesure, Arnaud Montebourg, au Redressement productif, est également sévèrement jugé avec 57% d’insatisfaits (contre 37% de satisfaits). Le manque de résultats en termes de croissance et d’emploi est donc chèrement payé par les ministres qui s’occupent de ces questions.Graphique insatisfaction ministres

Lire la suite

Publicités

Municipales : les intentions de vote à Nantes


Tendance des sondages : victoire de la gauche
(maire actuel : Patrick Rimbert, PS)

 

Nantes est le fief de Jean-Marc Ayrault. Maire de la ville depuis 1989, il l’a quittée en 2012 pour rejoindre Matignon en laissant son siège à Patrick Rimbert. Dans cette ville qui a très largement voté pour François Hollande à la dernière élection présidentielle (61,5% des voix) et qui avait réélu Jean-Marc Ayrault dès le premier tour en 2008 (55,7% des suffrages), la gauche devrait de nouveau s’imposer lors du scrutin des 23 et 30 mars prochain.

 

La liste d’union entre les socialistes, les communistes et l’UDB conduite par Johanna Rolland arrive nettement en tête des intentions de vote pour le premier tour dans le sondage réalisé par TNS Sofres début mars : avec 37%, elle devance de près de 10 points la liste de droite conduite par Laurence Garnier (26%). Malgré cette confortable avance, les socialistes sont loin de pouvoir prétendre à une victoire au premier tour cette année. Le souhait d’EELV de présenter une liste autonome au premier tour participe à ce résultat. En opposition avec les socialistes notamment sur le dossier emblématique de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, les écologistes, dont la tête de liste est Pascale Chiron, sont crédités de 13% des intentions de vote. Ils s’affirment donc comme la deuxième force de gauche à Nantes, réalisant un score deux fois supérieur à celui de la liste d’union entre le parti de gauche et le NPA menée par Guy Croupy (6% des intentions de vote). La liste de Lutte Ouvrière conduite par Hélène de France est créditée de 2% des intentions de vote (1,5% en 2008). Lire la suite