Municipales : les intentions de vote à Albertville


Tendance des sondages : incertain
(maire actuel : Philippe Masure, PS)

 

Conquise à une courte majorité par la gauche en 2008 (51% des voix contre 49%), Albertville pourrait revenir à droite lors du prochain scrutin municipal. Celui-ci y apparaît très indécis.

 

Le sondage réalisé par BVA dans la ville début mars montre qu’au premier tour, la liste de Martine Berthet (UMP), avec 34% des intentions de vote, devance la liste de Noëlle Aznar-Molliex (PS-EELV) (30% des intentions de vote).

Lire la suite

Municipales : les intentions de vote à Marseille

(Mis à jour : 19 mars 2014)

Tendance des sondages : incertain
(maire actuel : Jean-Claude Gaudin, UMP)

 

Quinze sondages publiés ont été réalisés dans la cité phocéenne en vue du prochain scrutin municipal. La deuxième ville de France constitue un enjeu fort de ces élections puisqu’elle apparaît comme la seule très grande ville à pouvoir basculer à gauche. Le maire actuel, Jean-Claude Gaudin (UMP), semble en effet susceptible de laisser sa place, mais le scrutin s’avère très incertain.

Notons en premier lieu que certains sondages ont été effectués sur l’ensemble de la ville. Or, l’élection se joue par secteur. Si les sondages effectués sur l’ensemble de Marseille sont naturellement instructifs sur le rapport de force, ils ne permettent pas de désigner un vainqueur, déterminé par le nombre de sièges de conseillers municipaux conquis. Ce mode de scrutin implique que le vainqueur en voix n’est pas forcément vainqueur en sièges.

Par ailleurs, six sondages ont  été conduits dans le IIIe secteur, certainement le plus susceptible de « faire » l’élection : son basculement à gauche devrait permettre à Patrick Mennucci de conquérir la mairie. Ce basculement, s’il n’est pas garanti, est loin d’être impossible comme le montrent ces études. En revanche, les enquêtes montrent que le premier et le sixième secteur devraient ne pas changer de majorité.

Lire la suite

Municipales : les intentions de vote à Lille


Tendance des sondages : victoire de la gauche
(maire actuel : Martine Aubry, PS)

La victoire de Martine Aubry à Lille ne fait guère de doute. L’ancienne secrétaire du parti socialiste, qui avait regagné la ville en 2008 avec 67% des suffrages au second tour devrait avoir une victoire moins éclatante en 2014, mais pratiquement aucun espoir n’est permis à la droite.

Deux sondages ont été réalisé à Lille : un sondage BVA en décembre et un sondage CSA en novembre. Tous deux consacrent l’ancienne ministre du travail dans une ville qui demeure très fortement ancrée à gauche. Cette dernière recueille en effet 62% d’intentions de vote au premier tour.

Lire la suite

Municipales : les intentions de vote à Toulouse

Mis à jour : 21 mars 2014
 
 
Tendance des sondages : incertain
(maire actuel : Pierre Cohen, PS)

 

D’après les premiers sondages réalisés à Toulouse, la gauche partait favorite et Pierre Cohen apparaissait en position de garder son siège de maire à l’issue des élections municipales, un résultat cohérent avec la forte satisfaction à l’égard du travail accompli (61% de Toulousais satisfaits de l’action du maire contre 35% mécontents). Les derniers sondages réalisés (Ipsos les 21 et 22 février, Ifop et TNS Sofres du 13 au 15 mars et CSA les 17 et 18 mars) montrent que, si l’avantage reste à gauche, l’hypothèse d’un basculement à droite de la quatrième ville de France n’est pas exclue. Ces enquêtes accordent en effet de 51% à 53% d’intentions de vote à Pierre Cohen au second tour, tandis que son adversaire de droite, Jean-Luc Moudenc, en obtient de 47% à 49%, un écart compris dans la marge d’erreur. Dans les précédentes enquêtes, la liste de gauche était clairement devant la droite : 56% des intentions de vote au second tour dans le sondage de BVA réalisé début janvier et 54% dans celui de l’Ifop effectué en octobre.

Lire la suite

Le FN est-il aussi populaire que le parti socialiste ?

Un sondage BVA paru hier montre une amélioration de l’image du Front national dans l’opinion publique. De manière inédite, 28% des répondants déclarent désormais avoir une bonne opinion du parti dirigé par Marine Le Pen. Ce score est en progression de 4 points par rapport au mois dernier et apparaît symboliquement comme le meilleur jamais enregistré par le parti frontiste, même si le chiffre obtenu en avril 2013 était comparable (27%).

Ce qui marque surtout dans cette enquête, c’est que la dégradation parallèle de l’image du PS, due à l’impopularité du gouvernement, fait que ces deux partis disposent désormais du même niveau de « bonnes opinions ». En effet, 28% des Français portent encore un jugement favorable sur le parti socialiste, une chute de 5 points par rapport au mois dernier – chute qui suit la baisse de popularité de François Hollande -, et surtout de 16 points depuis septembre 2012.

Bonnes opinions à l'égard des partis
Evolution du pourcentage de Français ayant une bonne opinion des différents partis politiques (BVA, octobre 2013)

Lire la suite

Quel est le chiffre de popularité de François Hollande ?

Les différents instituts de sondage publient, chacun, un baromètre de popularité du président de la République. Au total, dix baromètres existent. Leurs chiffres sont publiés à des dates différentes. Ceci peut donner l’impression d’une baisse continue de la popularité présidentielle, alors qu’en fait, c’est la même diminution qui est mesurée par Ipsos, puis par CSA, etc. Il faut également souligner l’effet des reprises médiatiques, les journalistes ayant tendance à reprendre les évolutions les plus marquantes (baisse ou hausse significative) et à moins parler des chiffres stables. La vision des baromètres de popularité est donc bien souvent incomplète.

En outre, chaque institut propose une formulation de question différente, ce qui donne, naturellement, des résultats différents. Ainsi, certains instituts de sondage demandent à la personne interrogée si elle a une « bonne opinion » ou une « mauvaise opinion » de François Hollande (BVA notamment), d’autres si elle fait confiance ou non au Président (CSA), d’autres si elle juge favorablement ou défavorablement l’action présidentielle (Ipsos)… Si évidemment, toutes ces dimensions (confiance, satisfaction, opinion…) sont étroitement corrélées, elles ne sont pas parfaitement identiques. Lire la suite

Le mouvement « manif pour tous » toujours soutenu par un tiers des Français

La loi instaurant la mariage et l’adoption pour les couples homosexuels a été votée par le Parlement et promulguée par le président de la République. Les manifestations contre ce texte se poursuivent, mais connaissent un certain essoufflement. De quel soutien dispose dorénavant le mouvement contre le « mariage pour tous » dans l’opinion ?

Un Français sur deux s’oppose à la loi « mariage pour tous »

Avant de s’intéresser plus spécifiquement au mouvement « manif pour tous » et du soutien dont il bénéficie, il faut noter que la loi en elle-même continue de susciter un fort clivage. Les Français demeurent très divisés sur la loi instaurant le mariage et l’adoption pour les couples homosexuels : 49% s’y disent favorables et 49% s’y opposent (2% ne se prononçant pas)*. Lire la suite

Contestation des résultats du vote pour la présidence de l’UMP : quel impact sur l’image du parti et de ses dirigeants ?

Le prochain président de l’UMP devait être désigné par le vote des adhérents de l’UMP dimanche 18 novembre. Les résultats serrés ont entraînés de multiples contestations et coups de théâtre relayés par les médias. Sur toutes les chaînes, radios et dans tous les journaux, on parle du « triste spectacle » que donne de lui le principal parti d’opposition. Que révèlent les premiers sondages parus de l’impact de cette crise partisane dans l’opinion publique ?

Jean-François Copé et François Fillon sortent particulièrement écornés de ces bisbilles

Un sondage BVA réalisé « à chaud » les 22 et 23 novembre démontre que l’image des deux principaux protagonistes a été fortement endommagée par les disputes qui agitent le parti. Ce sondage prend pour point de comparaison antérieur les données de popularité de l’Ifop*, dont la dernière vague d’enquête a été réalisée en début de mois (8 et 9 novembre). Si l’on reprend les données de l’Ifop depuis le début de l’année en ajoutant les résultats par BVA, on obtient le graphique suivant :

Évolution de la popularité de François Fillon et de Jean-François Copé auprès de l’ensemble des Français ( % de « bonnes opinions »)

  Lire la suite

Les derniers sondages pour le second tour prévoyaient un écart légèrement plus important entre les deux candidats

Sans exception, tous les sondages ont donné, tout au long de la campagne, François en tête du second tour de l’élection présidentielle. Mais comment ces sondages résistent-ils à la confrontation avec les résultats réels du vote ?

Pour conduire cette comparaison, il faut d’intéresser aux derniers sondages publiés avant l’interdiction courant durant le week-end du scrutin. Rappelons en effet que les sondages ne sont pas une prédiction du résultat mais mesurent un rapport de force à un instant donné. La confrontation doit donc se faire avec les sondages conduits au plus près de l’échéance électorale, d’autant plus qu’il existe toujours une proportion d’électeurs décidant de leur vote au dernier instant. Si ceux-ci sont nettement minoritaires, d’autant plus pour un second tour où l’offre est restreinte et donc le choix plus aisé, ils représentent tout de même une part conséquente du corps électoral. Selon le sondage « jour du vote » de CSA, 10% des électeurs ont fait leur choix le jour-même et 17% dans l’entre-deux tours.

Les derniers sondages réalisés par les instituts donnaient les scores suivants aux deux candidats (clic pour agrandir) :

Lire la suite

J-2 et dernières intentions de vote : l’ordre d’arrivée des deux favoris interroge

Nous sommes aujourd’hui le vendredi précédent le premier tour, dernier jour où la publication des sondages d »intentions de vote est possible. Tous les principaux instituts nous ont livré ce matin la dernière vague d’enquête de leur baromètre, réalisée hier et avant-hier (18 et 19 avril).

A trois jours du premier tour, l’ordre d’arrivée des deux favoris est plus incertain que jamais et les instituts donnent des résultats dont les tendances peuvent légèrement diverger, mais globalement comparables (cf. notamment le tableau récapitulatif en fin de cet article). L’écart entre le candidat de l’UMP et du PS entre dans la marge d’erreur et les sondages ne permettent pas de connaître avec certitude l’ordre d’arrivée.

Pour la troisième place en revanche, les instituts s’accordent : c’est Marine Le Pen qui s’impose, mais elle devant Jean-Luc Mélenchon de quelques points seulement. Les jeux restent donc ouverts du fait de marge d’erreur et des mouvements qui peuvent s’effectuer dans l’électorat au cours des derniers jours de scrutin, où beaucoup d’électeurs se décident. Avec environ 10% des intentions de vote, François Bayrou semble lui distancé et devrait, selon toute vraisemblance perdre la place qu’il occupait au scrutin de 2007.

Passons en revue des dernières intentions de vote disponibles pour ce premier tour de scrutin.

Lire la suite