Dans les estimations des instituts pour les régionales, les plus fortes erreurs concernaient le FN

Cette année, pas moins de quatre instituts ont réalisé des estimations pour le premier tour des élections régionales : Ipsos pour France télévisions, Radio France et LCP / Public Sénat ; TNS Sofres pour TF1 et RTL ; OpinionWay pour BFMTV ; et l’Ifop pour iTELE, Paris Match et Sud Radio.

Leurs estimations au niveau national se révèlent très proches des résultats finaux.

Estimations des instituts au soir du premier tour des élections régionales comparées aux résultats réels
Estimations des instituts au soir du premier tour des élections régionales comparées aux résultats réels (cliquez pour agrandir)

Ipsos est l’institut qui a été le plus performant, et ceci, dès le début de la soirée. Dans son estimation de 20h, les plus forts écarts avec les résultats définitifs de l’élection ne dépassent pas 0,6 point. Ils sont, au maximum, de 0,57 point pour les listes PS et 0,53 pour le FN. Dans son estimation affinée, l’institut propose des estimations dont le plus fort écart avec les résultats finaux est de 0,35 point (listes divers gauche), alors que pour les listes de gauche et du FN, il passe sous 0,1 point.

Les autres instituts sont, à 20 heures, un peu plus éloignés de la réalité, notamment pour le score du FN. Ainsi, TNS Sofres, en indiquant que les listes FN atteignent quasiment 30% des suffrages (29,5%), surrévalue un peu la poussée frontiste (27,73 des voix au réel). L’erreur est identique pour OpinionWay. L’Ifop, qui indique que la barre des 30% est dépassée (30,6%) est encore moins proche des résultats finaux. Même les estimations affinées de cet institut surestiment toujours le FN (30%), alors que TNS Sofres, à 22h, revoit son estimation à la baisse (28,7%) et se rapproche donc de la réalité, avec un écart d’un point. Quant à OpinionWay, il réévalue encore sa surestimation à la hausse durant la soirée (29,8%). Lire la suite

Publicités

François Hollande, plus impopulaire que jamais

Les derniers sondages de popularité du président de la République montrent un nouveau recul de François Hollande dans l’opinion. Alors que la popularité du président s’était très légèrement redressée en décembre, celle-ci repart clairement à la baisse, sous l’effet d’un rejet de plus en plus fort de sa politique dans les rangs de la gauche. Ce rejet tient à deux causes principales. D’abord, un questionnement profond sur la politique menée, telle qu’incarnée par « pacte de responsabilité », trop éloigné du logiciel de gauche pour être largement accepté par la base électorale du président, surtout quand cette politique économique ne recueille aucun résultat perceptible pour l’instant. Deuxièmement, des interrogations sur la volonté du gouvernement à agir, relancées par le retrait de la loi famille. Conjointement, l’image du président a également été affectée par l’ « affaire Gayet », qui vient mettre en doute les qualités personnelles d’un président jusqu’ici considéré comme « sympathique » et « honnête ».

Tous les instituts mesurent une cote de popularité stable ou à la baisse pour le président, comme le présente le graphique ci-dessous (cliquez pour agrandir) :

Récapitulatif des sondages de popularité de François Hollande (% opinions positives)
Récapitulatif des sondages de popularité de François Hollande (% opinions positives)

Lire la suite

Note de lecture pour les sondages d’intentions de vote

Les sondages d’intentions de vote réalisés à l’occasion des municipales présentés sur ce site sont réalisés par des instituts qui respectent les principes déontologiques de la profession. Ils sont effectués auprès d’échantillons représentatifs et leurs résultats sont donc extrapolables à l’ensemble de la population municipale considérée. Néanmoins, comme pour tout sondage, des précautions de lecture existent, tenant principalement à la marge d’erreur et à la date de réalisation de l’enquête. En outre, nous ne devons pas perdre d’esprit que des écueils méthodologiques persistent, notamment concernant l’estimation de la participation. Si les instituts les connaissent et tentent de les appréhender, des erreurs d’appréciation ne sont pas impossibles.

Lire la suite

Les dernières projections en sièges avant le second tour des élections législatives

Les différents instituts ont publié des projections en sièges pour la composition de la future Assemblée nationale, issues de modèles statistiques. Celles-ci sont construites à partir des résultats électoraux effectifs du premier tour, de ceux des précédentes élections législatives, ainsi que de données de sondage (intentions de vote et report de voix des électeurs). Ces projections diffèrent assez peu entre instituts, comme le montre le tableau récapitulatif ci-dessous :

Si l’on construit artificiellement des fourchettes resserrées pour y voir plus clair, on arrive aux résultats suivants* :

– Gauche : de 324 à 352 sièges.  Dont PS/PRG/MRC/DVG : 303 à 325 ; Front de gauche 10, EELV 14 à 17.

– Droite parlementaire : de 225 à 240 sièges.

– Extrême-droite (Front national + Jacques Bompard) : de 1 à 3 sièges.

– MoDem : de 1 à 2 sièges.


Lire la suite