Les estimations nationales des instituts de sondage au soir du premier tour

Au soir du premier tour, les estimations des différents instituts de sondage donnent le FN en tête avec des scores autour de 30% pour la plupart des instituts, sauf pour Ipsos, qui estime le score du parti de Marine Le Pen à 27,2%.

Dans les résultats de cet institut, le FN est au coude-à-coude avec les listes LR-UDI-MoDem (27%). Le parti de Marine Le Pen distance assez nettement l’alliance entre LR et les centristes selon les autres instituts, qui accordent également 27% des suffrages aux listes de la droite républicaine.

Estimations nationales

Les listes socialistes recueillent entre 23% et 24% des voix selon les estimations. EELV, allié dans certaines régions avec des composantes du Front de gauche, arrive assez logiquement devant les candidats FDG qui se présentaient seuls (6-7% pour les listes écologistes contre 4% pour celles du FDG seul).

Debout la France obtient près de 4% des voix au niveau national, un score équivalent à celui enregistré aux élections européennes.

Publicités

Les intentions de vote aux élections municipales pour le second tour

 

Neuf sondages d’intentions de vote ont été publiés dans l’entre-deux-tours des élections municipales. Leurs résultats détaillés sont disponibles ci-dessous. Ces études doivent naturellement être lues avec toutes les précautions d’usage.

Béziers
La Rochelle
Limoges
Montpellier
Paris 14e arrondissement
Perpignan
Strasbourg
Toulouse

Lire la suite

Municipales : les intentions de vote à Montreuil

Mis à jour : 18 mars 2014

 

Tendance des sondages : victoire de la gauche
(maire actuel : Dominique Voynet, EELV)

 

A Montreuil, la victoire de la gauche ne fait aucun doute. C’est la composante de la gauche qui remportera la mairie qui est l’inconnue de ce scrutin. Dans la seule ville de plus de 100 000 habitants actuellement détenue par EELV, l’actuelle maire, Dominique Voynet, a jeté l’éponge de façon retentissante et renoncé à se représenter. L’ancien maire de Montreuil, Jean-Pierre Brard (PC), souhaite reprendre la place qu’il a perdue en 2008. Le PS, avec pour tête de liste Razzy Hammadi, souhaite bien profiter de la division de la gauche pour remporter la plus grande ville de Seine-Saint-Denis. Enfin, les écologistes n’ont pas renoncé à s’imposer malgré le bilan mitigé de Dominique Voynet.

 

Dans les deux sondages réalisés à Montreuil (TNS Sofres réalisé entre le 27 février et le 1er mars et Ipsos les 7 et 8 mars), la liste de Jean-Pierre Brard arrive nettement en tête du premier tour, avec de 27% à 29% des intentions de vote.

Lire la suite

Municipales : les intentions de vote à Cannes

Mis à jour : 16 mars 2014
 
Tendance des sondages : victoire de la droite
(maire actuel : Bernard Brochand, UMP)

 

A Cannes, la victoire de la droite ne fait aucun doute. C’est l’identité du candidat de droite qui s’imposera qui constitue l’enjeu au coeur de cette élection municipale. En effet, le maire sortant, Bernard Brochand (UMP) se ne représente pas. Sa succession est disputée. Son dauphin désigné, David Lisnard (UMP), doit faire face à la dissidence de Philippe Tabarot, également membre de l’UMP, qui présentera sa propre liste. Face à cette situation, la direction de l’UMP n’a investi officiellement aucun des deux candidats.

 

Les trois sondages réalisés dans la ville (Ipsos au début du mois de février, CSA au début du mois de mars et de nouveau Ipsos quelques jours plus tard) montrent que David Lisnard devrait l’emporter à Cannes. Au premier tour, celui-ci dispose d’une nette avance sur Philippe Tabarot, même si celle-ci semble s’être réduite : elle était de 10 points dans les deux première enquêtes (43% contre 33% dans le sondage d’Ipsos réalisé en février et 40% contre 30% dans celui de CSA effectué un mois plus tard) et n’est plus que de 7 points dans la dernière étude : 42% contre 35%.   Lire la suite

Municipales : les intentions de vote à Ajaccio

Mise à jour : 9 mars 2014
 
Tendance des sondages : victoire de la gauche
(maire actuel : Simon Renucci, CSD)

 

Simon Renucci est en mesure de garder la mairie d’Ajaccio. Au premier tour, dans les sondages réalisés en février (Ipsos mi-février et OpinionWay à la fin du mois), le candidat de la gauche recueille de 39% à 40% des intentions de vote. Il devance donc son principal concurrent, Laurent Marcangeli (UMP), qui en obtient de 31% à 33%. Ce rapport de force est un peu plus favorable à Simon Renucci que celui enregistré dans le premier sondage effectué à Ajaccio par OpinionWay en décembre 2013 (37% pour la liste de Simon Renucci et 31% pour la liste de Laurent Marcangeli). Lire la suite

La profonde méfiance des Français à l’égard des journalistes et des médias

Bien qu’ils les consomment très largement, surtout la télévision, les Français se montrent très critiques à l’égard des médias et leur accordent une confiance très limitée. Deux aspects nourrissent notamment la défiance des citoyens envers les journalistes. D’une part, ces derniers leur apparaissent déconnectés de la vie réelle et, d’autre part, leur indépendance est très largement mise en doute.

Seul un peu moins d’un Français sur quatre déclare faire confiance aux médias

Seuls 23% des Français déclarent faire confiance aux médias. La suspicion à l’égard des journalistes est donc particulièrement élevée : 77% ne leur accordent pas leur confiance. A titre de comparaison, seuls 21% des Français déclarent ne pas avoir confiance dans l’armée ou 32% dans l’école. Nos citoyens apparaissent même plus confiants à l’égard des banques (35% leur faisant confiance), pourtant particulièrement mises à mal après la crise financière. Seuls les partis politiques suscitent plus de défiance que les médias (seuls 8% des personnes interrogées disent leur faire confiance).

La confiance accordée aux médias est particulièrement faible aux extrêmes de l’échiquier politique : seuls 17% des sympathisants du Front national et 16% de ceux du Front de gauche déclarent leur faire confiance (35% des sympathisants du PS, 30% de ceux du MoDem et 23% de ceux de l’UMP). Lire la suite

François Hollande est le président le plus impopulaire de la Cinquième République

Tous les instituts de sondage (ou presque) le notent : la cote de popularité de François Hollande atteint des records jamais enregistrés sous la Cinquième République. Les derniers sondages parus (Ipsos et OpinionWay) confirment cette chute de la popularité du président de la République au cours des dernières semaines, chute que les instituts mesurent les uns après les autres.

Les instituts de sondage posent des questions spécifiques, ce qui peut expliquer les différences de niveaux observées. Ils réalisent également leurs études à des dates différentes. L’enchaînement des parutions donne l’illusion d’une baisse soutenue et continue, alors qu’en fait tous mesurent une même baisse, la périodicité des différents baromètres étant mensuelle.

La comparaison des différents baromètres montre clairement une baisse de la popularité de François Hollande depuis septembre, celle-ci étant enregistrée dans tous les baromètres de popularité, et donc par tous les instituts de sondage :

Evolution cote popularité Hollande novembre 2013
Évolution de la cote de popularité de François Hollande selon les instituts

Lire la suite

François Hollande débute son mandat avec une popularité limitée

Les sondages de popularité rythmeront le quinquennat de François Hollande, comme ils ont accompagné celui de Nicolas Sarkozy. Depuis l’élection du nouveau président de la République et la nomination du Premier ministre il y a trois mois, les mesures de popularité des différents instituts se succèdent.

Comme pour les sondages d’intentions de vote, il n’est pas toujours facile d’y voir clair dans l’historique de ces indicateurs, les mesures des différents instituts s’entremêlant avec leur évolution mensuelle respective. Dans le cas des baromètres de popularité, une difficulté vient s’ajouter, tenant à la nature même de l’indicateur. Si dans les sondages d’intentions de vote, tous les instituts mesurent la même chose (l’intention de vote), les baromètres de popularité apportent des indicateurs variés (confiance, satisfaction, image…) avec des échelles de réponses et des modes d’administration qui ne sont pas identiques, et donc parfois des chiffres assez différents.

Que nous disent ces différents indicateurs de la popularité du nouveau président ? Le tableau ci-dessous récapitule les dernières mesures de popularité de François Hollande (réalisées au cours du mois de juillet) et leur évolution par rapport au mois précédent : Lire la suite