Municipales : intentions de vote à Montpellier

Mis à jour : 18 mars 2014

 

Tendance des sondages : victoire de la gauche
(maire actuelle : Hélène Mandroux, PS)

Si le scénario exact des élections municipales à Montpellier est incertain, beaucoup de listes pouvant atteindre au premier tour le seuil des 10% nécessaires au maintien au second, le fort ancrage à gauche de la ville interdit a priori tout espoir de basculement de la ville vers la droite.

 

Les deux principaux partis français sont dominants à Montpellier. La liste socialiste et Europe Ecologie les Verts menée par Jean-Pierre Moure recueille ainsi 28% des intentions de vote dans le dernier sondage (Ifop, dont le terrain d’enquête a eu lieu du 13 au 15 mars). La liste UMP-UDI-MoDem conduite par Jacques Domergue est assez nettement distancée avec 24% des intentions de vote, mais sa place de deuxième est indiscutable. La droite réaliserait un score un peu moindre qu’en 2008 (l’UMP avait obtenu 26% des voix au premier tour). Lire la suite

Publicités

Quand le PS critique les intentions de vote en Languedoc Roussillon

Depuis le début de la campagne pour les élections régionales, la région Languedoc-Roussillon attire les feux des projecteurs du fait de la personnalité controversé du président du conseil régional sortant, George Frêche et de ses relations houleuses avec la direction du parti socialiste après plusieurs déclarations aux relents racistes (« Vous êtes des sous-hommes » lancé à l’adresse de deux harkis en 2006, la polémique suite à ces propos sur la surreprésentation des Noirs en équipe de France en 2007 pour citer les deux plus célèbres). Une remarque de trop (« la tête pas très catholique » de Laurent Fabius ») décidera le 28 janvier la direction nationale du PS d’annuler son soutien à Georges Frêche pour les élections régionales en Languedoc, alors même que celui-ci avait été investi par les militants socialistes locaux en novembre 2009.

L’éclairage médiatique déclenché par ces turpitudes socialistes a entraîné la publication de trois sondages d’intentions de vote sur la région (deux sondages TNS Sofres et un sondage OpinionWay) et la diffusion d’un sondage OpinionWay commandé par Europe Ecologie (1) (mais jamais publié sur le site internet de l’institut) (2). La publication du dernier sondage en date, le 17 février par le Figaro, a suscité une réaction violente au Parti socialiste. Par la voix de Paul Alliès, porte-parole de la candidate Hélène Mandroux, le PS indiquait il y a quelques jours qu’il saisissait la commission nationale des sondages face à un sondage OpinionWay « sujet à caution ». Paul Alliès critique en premier lieu les dates de réalisation de l’étude, mais également les « étiquettes » utilisées pour décrire l’appartenance politique des candidats. Les commentateurs auront remarqué que ce sondage était particulièrement défavorable à la candidate PS, créditée de seulement 6% des voix.

La mise à disposition d’autres sondages sur cette même région permettent de comparer les résultats du sondage incriminé. Les résultats des différentes intentions de vote publiées sont présentées ci-dessous :

Lire la suite