Dans les estimations des instituts pour les régionales, les plus fortes erreurs concernaient le FN

Cette année, pas moins de quatre instituts ont réalisé des estimations pour le premier tour des élections régionales : Ipsos pour France télévisions, Radio France et LCP / Public Sénat ; TNS Sofres pour TF1 et RTL ; OpinionWay pour BFMTV ; et l’Ifop pour iTELE, Paris Match et Sud Radio.

Leurs estimations au niveau national se révèlent très proches des résultats finaux.

Estimations des instituts au soir du premier tour des élections régionales comparées aux résultats réels
Estimations des instituts au soir du premier tour des élections régionales comparées aux résultats réels (cliquez pour agrandir)

Ipsos est l’institut qui a été le plus performant, et ceci, dès le début de la soirée. Dans son estimation de 20h, les plus forts écarts avec les résultats définitifs de l’élection ne dépassent pas 0,6 point. Ils sont, au maximum, de 0,57 point pour les listes PS et 0,53 pour le FN. Dans son estimation affinée, l’institut propose des estimations dont le plus fort écart avec les résultats finaux est de 0,35 point (listes divers gauche), alors que pour les listes de gauche et du FN, il passe sous 0,1 point.

Les autres instituts sont, à 20 heures, un peu plus éloignés de la réalité, notamment pour le score du FN. Ainsi, TNS Sofres, en indiquant que les listes FN atteignent quasiment 30% des suffrages (29,5%), surrévalue un peu la poussée frontiste (27,73 des voix au réel). L’erreur est identique pour OpinionWay. L’Ifop, qui indique que la barre des 30% est dépassée (30,6%) est encore moins proche des résultats finaux. Même les estimations affinées de cet institut surestiment toujours le FN (30%), alors que TNS Sofres, à 22h, revoit son estimation à la baisse (28,7%) et se rapproche donc de la réalité, avec un écart d’un point. Quant à OpinionWay, il réévalue encore sa surestimation à la hausse durant la soirée (29,8%). Lire la suite

Les différentes estimations de 20h pour le second tour des élections législatives

Trois instituts ont réalisé des estimations ce soir pour le second tour des élections législatives. Elles diffèrent légèrement entre elles, en voici un récapitulatif :

Si les chiffres ne sont pas exactement les mêmes selon les instituts, toutes les estimations s’accordent sur les principaux résultats de ces élections :

– le PS dispose de la majorité absolue (289 sièges), ce qui pourra le dispenser du soutien d’Europe Ecologie Les Verts et du Front de gauche, voire même de ses alliés directs le PRG et le MRC.
– la droite parlementaire dispose d’un nombre de sièges qui correspond à celui obtenu par la gauche en 2007.
– EELV disposera d’un groupe à l’Assemblée nationale alors que le Front de gauche n’atteint pas le seuil des 15 députés. A droite, les centristes ne sont pas assurés de disposer d’un groupe (14 à 15 députés).
– le MoDem dispose d’une présence dans l’hémicycle (2 sièges), tout comme le Front national.

 

Les estimations à 20h des instituts pour les élections législatives

Les premières estimations donnent la gauche parlementaire en tête des élections législatives avec de l’ordre de 47% des voix (35% pour le PS, le PRG et les divers gauche, 5% pour EELV et 7% pour le Front de gauche). La droite parlementaire recueille environ 35% des voix selon ces mêmes premiers résultats. Le Front national réalise un score nettement inférieur à celui obtenu lors de l’élection présidentielle (environ 13,5%).

Voici en détail les estimations de 20h des différents instituts au niveau national (en % des suffrages exprimés) :

A ces résultats correspondent ces estimations en sièges (en fourchette) :

Ainsi, le PS pourrait obtenir la majorité absolue (qui s’établit à 289 sièges), tandis que la droite parlementaire peut espérer jusqu’à 260 sièges environ. EELV n’est pas assuré de pouvoir constituer un groupe parlementaire à l’Assemblée (ce qui requiert 15 sièges). Le MoDem et le Front national n’ont pas la certitude de disposer de sièges au palais Bourbon.

 

 

Les derniers sondages pour le second tour prévoyaient un écart légèrement plus important entre les deux candidats

Sans exception, tous les sondages ont donné, tout au long de la campagne, François en tête du second tour de l’élection présidentielle. Mais comment ces sondages résistent-ils à la confrontation avec les résultats réels du vote ?

Pour conduire cette comparaison, il faut d’intéresser aux derniers sondages publiés avant l’interdiction courant durant le week-end du scrutin. Rappelons en effet que les sondages ne sont pas une prédiction du résultat mais mesurent un rapport de force à un instant donné. La confrontation doit donc se faire avec les sondages conduits au plus près de l’échéance électorale, d’autant plus qu’il existe toujours une proportion d’électeurs décidant de leur vote au dernier instant. Si ceux-ci sont nettement minoritaires, d’autant plus pour un second tour où l’offre est restreinte et donc le choix plus aisé, ils représentent tout de même une part conséquente du corps électoral. Selon le sondage « jour du vote » de CSA, 10% des électeurs ont fait leur choix le jour-même et 17% dans l’entre-deux tours.

Les derniers sondages réalisés par les instituts donnaient les scores suivants aux deux candidats (clic pour agrandir) :

Lire la suite

Confrontation des derniers sondages d’intentions de vote et des premières estimations

Les premières estimations ont été diffusées à 20h. Elles accordent entre 48,0% et 48,2% pour Nicolas Sarkozy et 51,8% et 52% pour François Hollande. Ce dernier avait été invariablement donné gagnant du second tour depuis le début de la campagne par les différents sondages.

Les dernières études d’intentions de vote, réalisées quelques jours avant le scrutin, lui accordaient entre 52% et 53,5% des voix, avec une tendance au resserrement entre les deux candidats dans la dernière semaine de l’entre-deux tours.

Pour rappel, le derniers sondages parus avant l’interdiction de publication étaient les suivants (clic pour agrandir) :


Lire la suite

Comparaison entre les estimations de 20h et les résultats réels du vote

Dimanche soir à 20h, la France attendait fébrilement les résultats du premier tour de l’élection présidentielle. Or, à 20h, les résultats diffusés ne sont pas les résultats réels de l’élection mais des estimations fournies par les instituts de sondage. Ces estimations ne sont pas des sondages : elles ne se basent pas sur l’interrogation d’un échantillon représentatif pour déterminer les résultats du vote. Elles sont construites à partir des premiers résultats du vote, à savoir les 200 premiers bulletins dépouillés dans des bureaux de vote fermant à 18h. L’institut réalisant le dispositif reçoit ces résultats d’un échantillon de bureaux de vote, construit pour être représentatif du vote national. Tout au long de la soirée, les estimations seront affinées avec l’arrivée des résultats complets, c’est-à-dire l’ensemble des bulletins dépouillés (1).

Cette année, quatre instituts ont conduit des estimations pour différentes médias :

– TNS Sofres pour TF1, LCI et RTL
– Ipsos pour France télévisions, Radio France et Le Monde
– CSA pour BFM TV, Canal + , I-télé, RMC et 20 minutes
– Harris interactive pour M6

Ces estimations ont-elles été correctes et dans quelle mesure ? L’estimation d’Ipsos pour France télévisions fait notamment parler : à 20h, l’institut a annoncé Marine Le Pen à 20,0%, un seuil symbolique que la candidate a été pourtant assez loin d’atteindre, les résultats définitifs du ministère de l’Intérieur attribuant 17,9% des suffrages à la candidate du Front national. Lire la suite

Les instituts de sondage se sont-ils trompés ?

Maintenant que nous disposons des résultats réels de l’élection, nous pouvons conduire une comparaison entre les dernières intentions de vote et les résultats réels du scrutin.

Hier soir, les sondages ont été beaucoup critiqués, parce que les premières estimations laissaient entrevoir un Front national pouvant recueillir environ 19% des voix et que les commentaires se sont très naturellement beaucoup attachés à ce score historiquement haut du parti d’extrême-droite. Les résultats réels montrent que Marine Le Pen a obtenu 17,9% des suffrages et l’écart entre les sondages et le résultat du scrutin n’est donc pas si important que décrié.

Nous vous présentons ci-dessous une comparaison entre la moyenne des dernières études réalisées par les instituts avant le scrutin et les résultats définitifs (hors Français de l’étranger) dont nous disposons ce matin :

Lire la suite

Les dernières intentions de vote des différents instituts à l’heure des résultats

Alors que les premières estimations ont été données à 20h, et en attendant les résultats définitifs du Ministère de l’Intérieur, voici pour rappel les dernières études d’intentions de vote des instituts (clic pour agrandir) :

Lire la suite